• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

General Electric : 69 emplois menacés de disparition à Belfort

GE et Alstom, le mariage est officiel / © SEBASTIEN BOZON / AFP
GE et Alstom, le mariage est officiel / © SEBASTIEN BOZON / AFP

General Electric devrait supprimer 69 postes dans son usine de turbines à gaz de Belfort. La direction doit entamer des négociations avec les syndicats la semaine prochaine.

Par Catherine Eme-Ziri

La direction du site GE Energy de Belfort a remis lundi en comité d'entreprise (CE) extraordinaire les documents d'un PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) portant sur 69 suppressions de poste, qui sera débattu à partir de la semaine prochaine pour une mise en oeuvre prévue d'ici à juin, a indiqué Karine François, représentant l'intersyndicale Sud-CGT-CFTC-CFE CGC.
Le projet comprend aussi la mise en vente du site de 30 salariés de Chonas L'Amballan (Isère), qui usine des pièces de turbine pour Belfort, a-t-elle précisé. GE Energy emploie 1.774 salariés à Belfort.
Contactée par l'AFP, la direction du site a confirmé la présentation du projet de PSE et sa volonté d'aboutir à des départs volontaires, sans souhaiter s'exprimer davantage avant la fin des négociations.
Les suppressions de poste se concentreraient sur les ingénieurs et les techniciens-agents de maîtrise, selon les syndicats.
Dans un communiqué, l'intersyndicale a dénoncé un "nouveau coup porté à l'entreprise", un an après un premier plan de suppression d'emplois. Celui-ci a
débouché sur 139 départs, tous volontaires, soit plus que l'objectif initial de 115.
Dans sa déclaration au CE transmise à l'AFP, l'intersyndicale a analysé le nouveau "plan de licenciement collectif" comme la conséquence d'une "vision
court-termiste" guidée par des motifs de réorganisation mais sans réelle justification économique.
Selon elle, le site de Belfort a dégagé des bénéfices en 2013 et il en prévoit "encore plus" en 2014, tandis que son plan de charge 2014 - encore provisoire - de 40 turbines dépasse déjà d'une unité le "point d'équilibre".
Les syndicats ont également critiqué l'absence d'embauches pour compenser les 24 départs de plus par rapport aux prévisions de l'an dernier.
(AFP)

Sur le même sujet

Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, dans la Nièvre ce lundi

Les + Lus