Des charges trop lourdes, des prix trop bas et des rémunérations trop faibles, les agriculteurs sont à bout et ils le font savoir... Ce matin, ils ont manifesté à Belfort. Plus tard, dans l'après-midi, certains ont récolté le blé semé quelques mois tôt sur un terrain industriel.

Lutter contre le gâchis foncier, c'est le combat des jeunes agriculteurs du Doubs. A occasion du mois national de la préservation du foncier agricole en octobre dernier, ils avaient décidé de frapper fort en semant du blé sur une parcelle destinée à l'exploitation industrielle sur la zone de Technoland 2 de la communauté d'agglomération du pays de Montbéliard à Brognard. Une surface en friche depuis deux ans. Un moyen de faire prendre conscience de la diminution de la surface agricole. Dix mois plus tard, le blé a germé, l'heure de la moisson a sonné. Les agriculteurs se rendront sur le site dès aujourd'hui.

Selon un communiqué des jeunes agriculteurs " la rareté du foncier agricole devient de plus en plus préoccupante : elle constitue un frein à l'installation et entraîne une mise en concurrence des agriculteurs entre eux, et avec d'autres secteurs d'activité".
Le communiqué rappelle également "qu'à l'heure actuelle, les espaces agricoles régressent d'environ 80 000 hectares par an, soit l'équivalent d'un département tous les 7 ans ou une perte de 3 exploitations par jour."

Parallèlement ce matin, les agriculteurs ont manifesté devant les services fiscaux et la direction départementale des territoires à Belfort à l'appel de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs. Une opération coup de poing pour dénoncer des charges trop lourdes et des prix insuffisants. Du lisier a été déversé devant les deux bâtiments.

Avec en interview :
- Georges Flotat , vice-président de la FDSEA du Territoire de Belfort
- Denise Yoder , présidente FDSEA du Territoire de Belfort
- Jean-Michel Pequignot, président des Jeunes agriculteurs du Doubs
 

Un reportage de Lucile Burny, Intissar Bahloul et Jean-Stéphane Maurice