A Tournus, les projets du maire sont jugés pharaoniques et inquiétants

Le maire de Tournus, Claude Roche, lors du conseil municipal du 9 février dernier
Le maire de Tournus, Claude Roche, lors du conseil municipal du 9 février dernier

Si personne ne conteste la revitalisation du centre-ville, les autres projets portés par Claude Roche suscitent l'inquiétude, aussi bien chez les élus de l'opposition que de la majorité municipale, dont plusieurs ont démissionné. Risque principal pointé par les uns et les autres : le surendettement

Par Michel Gillot

A Tournus, la majorité municipale a aussi ses frondeurs. Mais à la différence de ceux du PS, certains n'ont pas hésité à démissionner. Voici deux semaines, après le départ de Gisèle Garnier, ancienne adjointe aux finances, Maud Dailler remettait à son tour sa démission au maire, Claude Roche. Celle-ci, auparavant vice présidente de la Communauté de Communes du Tournugeois, présidée par le même Claude Roche, avait déja mis fin à cette fonction. Désormais, elle ne fait donc plus partie non plus du conseil municipal.

Et d'autres conseillers municipaux de la majorité nous ont confié être tentés de faire la même chose. Les raisons de cette hémorragie dans la majorité municipale de Tournus, ce sont les élus de l'opposition qui l'expliquent le plus clairement, qu'il s'agisse de Jean-paul Meulien, opposant à M. Roche bien qu'étant du même "bord" politique, à savoir de droite, ou de Julien Farama, membre du PS.

Les uns et les autres ne remettent pas en cause le dossier de revitalisation du centre-ville de Tournus porté par le maire. Redynamiser le commerce local et rénover environ 140 logements vétustes apparaît à tous comme une impérieuse nécessité pour cette ville de 6000 habitants, durement touchée par la crise économique, et dont le taux de "vacance commerciale" (les locaux commerciaux inoccupés) atteint le chiffre énorme de 23%.
Cet investissement de 5,6 millions d'euros n'est donc pas en cause.


Tournus : des projets municipaux très contestés
Un dossier de Michel Gillot, Romy Ho-A-Chuck, Damien Boutillet, Jean-Louis Saintain et Christophe Gaillard. Montage Patrick Jouanin, mixage Patrice Bourdin. Avec les témoignages de Claude Roche, maire UDI de Tournus, Jean-Luc Meulien et Julien Farama, conseillers municipaux d'opposition, et Mireille Joly, présidente des commerçants de Tournus.



En revanche,dit l'opposition,  sous couvert de cette revitalisation du centre-ville, M. Roche et son adjoint, Raphaël Pichon, avancent à marche forcée sur d'autres projets jugés, eux, pharaoniques, et très inquiétants pour l'avenir des finances locales.

Le 17 février, M. Roche et tous les conseillers municpaux ont donc été destinataires d'un dossier de 20 pages intitulé : "Le surendettement de la Ville de Tournus" et sous titré : "Sur les risques financiers liés aux projets du maire, chiffres et argumentaire".
Ce dossier a été rédigé par le collectif d'usagers du cinéma La Palette, ce cinéma du centre-ville de Tournus censé précisément être rasé dans les projets du maire et qui a recueilli plus de 2000 signatures de soutien.

Nous le mettons également en ligne ci dessous, ainsi que sa lettre d'accompagnement, appelant tous les conseillers municipaux à réagir et à ne pas engager Tournus dans "l'engrenage du surendettement".

Le dossier et sa lettre d'accompagnement aux élus :




Sur le même sujet

Dijon Plage 2018

Les + Lus