UTMB 2019 : “Ce sera d'abord une course contre moi-même” estime Xavier Thévenard

Xavier Thévenard vainqueur 2018 de l'UTMB à Chamonix. / © Grégory YETCHMENIZA - maxPPP
Xavier Thévenard vainqueur 2018 de l'UTMB à Chamonix. / © Grégory YETCHMENIZA - maxPPP

Triple vainqueur de l'Ultra-Trail du Mont-Blanc, le traileur du Doubs remet ça vendredi 30 août au départ de Chamonix. Toujours humble mais affûté, Xavier Thévénard se confie sur cette course mythique, sommet mondial du trail. Il est l'un le grand favori.

Par Sophie Courageot

2013, 2015 et 2018. Xavier Thévenard a remporté ces trois éditions de l'UTMB. Il se prépare à participer pour la 5e fois à la course longue distance sur laquelle s'élanceront vendredi 2.300 traileurs. 170 km de course, sans dormir pendant plus de 20 heures pour les meilleurs. Décor : le tour du Mont-Blanc sans vraiment avoir le temps de profiter du paysage. Il faudra encore ce weekend avoir la tête et les jambes. Un mental d'acier pour courir et avaler les 10.000 mètres de dénivelés positifs de la course.

"On va essayer de faire du mieux possible, confie Xavier Thévenard. Je suis très excité, mais ce n'est jamais gagné d'avance. Les sensations sont correctes. Sur 170 km, il peut tout se passer", confie le traileur de Jougne, dans le Doubs.

Xavier Thévenard qui fait figure de grand favori a mené une préparation physique similaire aux autres années. "J'ai essayé de ne pas en faire plus, j'ai coupé un peu plus tôt pour arriver sur la course avec un peu de fraîcheur. Je cours tous les jours, mais je ne fais pas de grosses séances. J'ai fait de la course à pied, du vélo. Jusqu'à l'évènement cette fin de semaine, je vais courir 40 minutes à 1 heure par jour pas plus", explique Xavier Thévenard. 

Si le trail se démocratise, si nombre d'hommes et femmes foulent désormais les sentiers de montagne en chaussures de trail, un rendez-vous comme l'UTMB ne se prépare pas à la légère. "Il faut l'avoir dans l'optique au moins un an à l'avance. L'avoir dans la tête. On a tendance à banaliser l'effort. On va passer une journée voire plus à courir, ce n'est pas banal. Les repères sont chamboulés avec 24 heures de course. D'un point de vue psychologique, c'est une préparation qui se fait sur toute l'année... avec la charge d'entraînement" ajoute le traileur comtois. 
 
© UTMB
© UTMB


Vendredi à 18 heures quand Xavier Thévenard prendra le départ, il se mettra en quête de la bonne allure de course. "Cest sûr cette gestion de l'allure est importante. Dans cette course, il faut se mettre dans sa bulle, c'est ça le plus dur. Avec les partenaires, la pression, la compétition... l'ultra trail c'est tout sauf ça, c'est d'abord une compétition contre soi-même. La première des victoires est de finir la course" lance Xavier Thévenard. 


L'Espagnol Kilian Jornet ne sera pas au départ à Chamonix


Cette année, l'élite promet encore une belle course. Parmi les coureurs à surveiller, les Américains Tim Tollefson et Zach Miller. La fusée Jornet ne sera pas là cette année. L'Espagnol a préferé à son calendrier le Pikes Peaks Marathon aux USA épreuve qu'il a remporté le weekend dernier. Le Roumain Robert Hajnal second l'an dernier sera là aussi. A suivre sur le bord du parcours également un Espagnol qui peut prétendre au podium Pau Capell.
 
© UTMB
© UTMB


Les regards seront forcément tournés vers le petit prince du trail, comme on le surnomme depuis quelques années. "J'ai gagné trois fois, mais chacun a sa chance. Je ne pense pas avoir une préparation exceptionnelle. Tout le monde parmi l'élite peut gagner, il suffit d'un bon jour, d'une bonne prépa..." estime le coureur du Doubs. 

Vendredi et samedi, toute la famille Thévenard sera sur le bord du parcours : Amélie, la fidèle compagne, les parents de Xavier Thévenard, son oncle, et les copains venus soutenir Xavier mais aussi Jean-Marie son frère qui sera au départ du 170 km de l'UTMB. "On s'est dit qu'on partirait côte à côte, mais on ira ensuite chacun à notre allure" ajoute Xavier à propos de la présence de son frère sur la course. 

D'ici vendredi, jour de départ, Xavier Thévenard va courir un peu, se reposer beaucoup, engranger du sommeil, éviter de s'épuiser dans les sollicitations médiatiques ou des sponsors. "Le capital mental c'est hyper important. Si on a tout épuisé dans les sollicitations avant la course, c'est compliqué" dit-il. L'expérience du traileur est là, on croirait presque que la tête suffit à boucler ce tour du Mont-Blanc. Il faudra aussi et surtout des jambes et des muscles préparés à l'effort.


L'an passé Xavier Thévenard a bouclé les 167 km de course en 20 h 44 min 16 s. Il a remporté aussi facilement fin juin le 90 km du Mont-Blanc. Preuve qu'il peut encore une fois être l'homme du jour sur les pentes du Mont-Blanc. 
 

Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus