Vaccin Astrazeneca : 5 questions que vous vous posez sur la suspension, les reports de rendez-vous...

En Bourgogne-Franche-Comté, 55.800 personnes ont déjà reçu une première injection d’Astrazeneca avant que la France ne décide à son tour le 15 mars de suspendre le vaccin. Que va-t-il se passer maintenant ? On répond à vos questions.

La France a suspendu temporairement le vaccin Astrazenaca le 15 mars comme plusieurs pays européens dans l'attente des analyses de l'Agence européenne du médicament.
La France a suspendu temporairement le vaccin Astrazenaca le 15 mars comme plusieurs pays européens dans l'attente des analyses de l'Agence européenne du médicament. © Luc Nobout - maxPPP

"Je devais me faire vacciner cet après midi je suis en colère car je l'attendais ce vaccin" explique Maria sur la page Facebook de France 3 Franche-Comté. "J'ai rendez-vous le 22 mars pour mon 1er vaccin mais je pense que je vais annuler" ajoute Brigitte. Claudine elle s'interroge, elle vient de faire sa première injection, pourra-t-elle faire la seconde dans quelques semaines ? La suspension du vaccin dans un climat de doute déjà depuis plusieurs semaines sur le vaccin Astrazeneca, questionne de nombreux Français. On fait le point avec vous. 

Le vaccin est suspendu, par quels pays en Europe ?

Allemagne, France, Italie, Slovénie, Espagne, Portugal et Lettonie, 7 états européens ont suspendu lundi 15 mars l’utilisation du vaccin Astrazeneca, le vaccin du laboratoire suédo-britannique. La Suède, le Luxembourg et Chypre ont fait de même mardi 16 mars. Ces états attendent l’ avis de l'Agence Européenne du médicament. 

Pourquoi cette soudaine suspension ?

Des effets secondaires du vaccin ont été signalés, comme la formation de caillots ou thromboses. Ce fut le cas au Danemark, le premier pays à suspendre l’utilisation du vaccin dès le 11 mars, "après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins" chez des personnes vaccinées. 

La Norvège a signalé le 15 mars, le décès d'une soignante de moins de 50 ans qui a succombé des suites d'une hémorragie cérébrale, une semaine environ après avoir reçu le vaccin AstraZeneca, sans qu'un lien de causalité puisse être établi à ce stade. Une autre soignante d'une trentaine d'années était morte vendredi en Norvège, dix jours après avoir reçu le même vaccin.  


Suspension du vaccin par la France, et après ?

L'Agence européenne des médicaments (EMA) s'est dite mardi "fermement convaincue" des avantages du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19.

"Nous sommes toujours fermement convaincus que les avantages du vaccin AstraZeneca dans la prévention du Covid-19, avec son risque associé d'hospitalisation et de décès, l'emportent sur le risque de ces effets secondaires", a affirmé la directrice exécutive de l'EMA, Emer Cooke. L’agence poursuit ses analyses sur les effets secondaires du vaccin,  les conclusions seront communiquées jeudi 18 mars.


Que dit à ce jour l’OMS ?

Les experts de l’Organisation mondiale de la Santé se penchaient mardi 16 mars eux aussi sur le sujet, recommandent de continuer à administrer le vaccin AstraZeneca.

L'OMS a souligné qu'il n'y avait pas de "rapport" avéré à ce stade entre le vaccin et de graves problèmes sanguins observés chez des personnes vaccinées.

Que va devenir mon rendez-vous pris sur Doctolib ?

Si vous avez entre 50 et 74 ans avec comorbidités ou que vous êtes un professionnel de santé ou médico-social de moins de 65 ans, vous ne pourrez pas vous faire vacciner avant le retour de l'Agence Européenne des médicaments. 

Quel est déjà le délai d’injection entre les deux doses d’Astrazeneca ?

La Haute Autorité de Santé recommande de privilégier un intervalle de 9 à 12 semaines entre les deux doses. La plupart des secondes injections ne commençaient pas avant le mois d'avril dans la région Bourgogne-Franche-Comté. Après la première injection, votre corps est déjà protégé en partie du virus. L’efficacité vaccinale après une première dose standard est de 71,66 %. 

En Bourgogne Franche-Comté, 55.800 personnes ont déjà reçu la première injection d’Astrazeneca. Au premier mars, la région avait reçu un total de 95.930 vaccins Astrazeneca pour alimenter les médecins, centres de vaccination et pharmacies où la vaccination devait débuter le 19 mars.

© Ministère de la Santé

Au 14 mars, 1,6 millions de doses de vaccin Astrazeneca ont été livrées en France. Contre 0,6 millions pour le vaccin Moderna, et 5,6 millions  pour le vaccin Pfizer. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19