Auxerre : Les parents d'élèves dénoncent l'excès de sécurité à l'école maternelle

Après 8 heures, les parents ne peuvent plus accompagner les enfants à l'intérieur de l'école. Une pétition contre cette mesure circule à Auxerre. / © FTV
Après 8 heures, les parents ne peuvent plus accompagner les enfants à l'intérieur de l'école. Une pétition contre cette mesure circule à Auxerre. / © FTV

Dans le cadre de l'Etat d'Urgence, l'accueil des enfants devant certaines écoles est réglementé. Depuis quelques semaines, les parents ne peuvent plus pénétrer dans l'enceinte des établissements de maternelle. Dans l'Yonne, une pétition tourne pour dénoncer cette mesure.

Par F.L.

Accueil réglementé
Depuis la fin des vacances d'automne, l'accès à certaines écoles est réglementé.

Interphone ou contrôle à l'entrée, les parents déposant leurs enfants au périscolaire leur permet de les accompagner à l'intérieur de l'établissement.
Mais dans certaines écoles, au delà de 8 heures, les enfants quittent leurs parents à l'entrée extérieure de l'établissement.

Auxerre : Les parents d'élèves dénoncent l'excès de sécurité à l'école maternelle
Dans le cadre de l'Etat d'Urgence, l'accueil des enfants devant certaines écoles est réglementé. Depuis quelques semaines, les parents ne peuvent plus pénétrer dans l'enceinte des établissements de maternelle. Dans l'Yonne, une pétition tourne pour dénoncer cette mesure. - France 3 Bourgogne - ROBERT Stéphane, ETIENNE Yoann, JOUANIN Patrick

Pétition pour dénoncer l'excès de mesures de sécurité
Afin de dénoncer des injonctions contradictoires en matière de sécurité, un collectif de parents ("Le collectif des parents à la Porte") fait tourner une pétition sur Auxerre.

Le Collectif dénonce, entre autres : "Pour le cas où l’accueil se fait au portail : les injonctions sont contradictoires, il va inévitablement y avoir des attroupements aux horaires d’entrée/sortie, or il a été demandé d’éviter les attroupements. (pour le cas où l’accueil se fait au portail) 
Ces attroupements, au delà de la menace terroriste, peuvent mettre les enfants en danger en les exposants à la circulation routière , ou pour les grosses écoles avec beaucoup d’affluence causer des problèmes de surveillance."


Ils dénoncent "un climat de peur entretenu" dans ce qu'ils estiment être "une dérive sécuritaire". Ils pointent également "le manque de lien entre les parents et la communauté éducative."

L'Education nationale souhaite l'apaisement
De son côté, l'Education nationale cherche l'apaisement, et ne souhaite nullement dégrader les conditions d'accueil des enfants.
Le Collectif des Parents sera reçu par l'Inspectrice académique lundi prochain, 21 novembre.

Sur le même sujet

Les + Lus