Tonnerre : un collectif de citoyens tente de sauvegarder deux barrages

Un collectif d'associations de Tonnerre se bat contre l'effacement de deux barrages / © Alain Guillon
Un collectif d'associations de Tonnerre se bat contre l'effacement de deux barrages / © Alain Guillon

Le projet fait débat au sein de la commune. Tonnerre, dans l'Yonne clame l'intérêt écologique, quand des militants fustigent son inutilité et le gaspillage d'argent, pour la démolition d'un patrimoine. 

Par Cathy Dogon

"Nous occupons maintenant le barrage en permanence" peut-on lire dans un mail d'Alain Guillon, adressé à France 3 Bourgogne. Ce militant du collectif d'associations local, fait référence à un projet d'effacement de deux barrages, à Tonnerre dans l'Yonne. Des travaux ont commencé le jeudi 13 octobre. Depuis, les militants se relaient pour empêcher l'avancée du projet. 

Les Tonnerrois disent avoir été pris de court, et n'ont pas pû empêcher la démolition du premier barrage, jeudi 13 octobre. / © Alain Guillon
Les Tonnerrois disent avoir été pris de court, et n'ont pas pû empêcher la démolition du premier barrage, jeudi 13 octobre. / © Alain Guillon

Il a en fait été annoncé cet été. La commune de Tonnerre souhaite supprimer deux barrages sur son territoire : l'ouvrage dit "des services techniques" et l'ouvrage dit de Saint Nicolas. Les objectifs de ces opérations seraient "la libre circulation des espèces naturels et le bon déroulement du transport naturel des sédiments". 

Selon le document de la préfecture de l'Yonne, ces deux barrages ne représentent plus d'intérêt économique, patrimonial ou paysager. C'est pourquoi leur effacement complet a été retenu.

Ce que reproche le collectif d'associations de Tonerre, c'est l'intérêt du projet : "ces travaux sont inutiles" déclare Alain Guillon contacté par téléphone. "L'apport écologique n'est pas prouvé scientifiquement et le projet est très coûteux".

"La qualité des eaux est bonne, et les infrastructures fonctionnent correctement. Un effacement n'améliorerait que sensiblement l'éco-système" continue le porte-parole du collectif.

Le regroupement associatif contient l'Arpent, pour la sauvegarde du patrimoine naturel, et deux autres associations, dont une pour la sauvegarde du patrimoine énergétique. Car ces micro-chutes pourraient en fait servir à produire de l'énergie localement, en y installant des micro-centrales. 

Selon les opposants, le projet serait à l'arrêt depuis ce vendredi. 

Sur le même sujet

Les + Lus