Naufrage en baie de Saint-Brieuc : le rescapé hors de danger

Le rescapé d'un naufrage qui a fait deux morts samedi en baie de Saint-Brieuc est hors de danger. Il est toujours hospitalisé. Il a expliqué aux gendarmes comment le bateau a chaviré.

Deux chasseurs de gibier d’eau, domiciliés en Loire-Atlantique et Loir-et-Cher, ont trouvé la mort, samedi soir en baie de Saint-Brieuc. Un autre a été sauvé de la noyade après avoir passé 2h30 dans une eau à 8°. Il avait été repêché samedi soir conscient mais en état d'hypothermie sévère après avoir passé plus de deux heures. Il a expliqué aux gendarmes comment le bateau a chaviré, après avoir été frappé par deux grosses vagues. Ses jours ne sont plus en danger, mais il est toujours hospitalisé. À bord de leur bateau en aluminium de 3,80 m, les trois compagnons se préparaient à rentrer au port de Saint-Brieuc, après une partie de chasse, quand ils ont été surpris par la marée montante. Avant que leur barque ne sombre, ils ont eu le temps de prévenir leurs amis, qui étaient déjà rentrés au port. Malgré une intervention rapide des secours, compliquée par la tombée de la nuit, ses deux compagnons, âgés de 35 à 40 ans et originaires de Loire-Atlantique et du Loir-et-Cher, n'ont pu être sauvés à temps et ont été repêchés morts, au large
de la commune d'Hillion. 

D'importants secours avaient été déployés sur la zone située entre Hillion et Daouët. Une douzaine de camions de pompiers, trois bateaux de sauvetage, deux hélicoptères, deux vedettes de la SNSM avaient été mobilisés, au total, une quarantaine de sauveteurs


L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité