Concurrence: 5 abattoirs bretons condamnés pour entente illégale

Publié le Mis à jour le

5 abattoirs bretons ont été condamnés par l'Autorité de la concurrence à une amende de 4,5 millions d'euros pour s'être entendus afin de faire baisser le prix de la viande payé aux éleveurs. 

L'Autorité de la concurrence a condamné à 4,5 millions d'euros d'amende cinq abattoirs bretons pour avoir "diminué de façon coordonnée leurs abattages de porcs" en 2009
afin de faire baisser le prix de la viande payé aux éleveurs. "La pratique a été mise en oeuvre par de grands abattoirs (représentant 70% des achats de porcs au Marché du porc breton et 50% des achats de porcs sur la zone Uniporc Ouest, qui regroupe 80% de l'activité d'élevage de porcs en France) vis-à-vis d'éleveurs peu à même de déjouer les effets de cette entente occulte", explique l'Autorité dans sa décision.
Le Groupe Bigard et Socopa Viandes écopent conjointement de 1,75 million et le Groupe Bigard est condamné de son côté à 1,34 million d'amende supplémentaire. Abera et Bernard devront payer respectivement 595.233 euros et 577.313 euros tandis que Gad et Financière du Forest sont condamnés conjointement à 257.397 euros.
Ces trois dernières pénalités auraient pu être deux fois plus importantes mais l'Autorité a tenu compte du fait que l'abattage de porc était l'activité unique des entreprises condamnées. Pour Gad et Financière du Forest, l'amende initiale était de 1,3 million. Mais l'Autorité a décidé de la réduire, compte-tenu des difficultés économiques que rencontrent actuellement ces entreprises.
Le syndicat professionnel des abatteurs (SNCP, devenu depuis French Meat Association) écope également de 13.500 euros "pour avoir diffusé des consignes de prix". Cette décision intervient à un moment critique pour la filière porcine, confrontée à de graves difficultés économiques. Les abattoirs sont fragilisés par une situation de surcapacité, le production de porcs en France étant en baisse. Le gouvernement devrait annoncer des mesures de secours pour la filière en mars.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité