• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

A la veille de l'arrivée, le père d'Erwan Tabarly suit la transat Bretagne Martinique de très près

© France 3 Bretagne
© France 3 Bretagne

A 250 milles de l'arrivée, les solitaires de la Bretagne-Martinique profitent d’un bon petit vent sur une mer plate pour faire avancer les machines au plus vite. Erwan Tabarly est toujours en tête. Un parcours sans faute, suivi de près depuis le Morbihan par son père Patrick.

Par Krystell Veillard

C’est bel et bien une course de vitesse qui se joue sur ses derniers 250 milles. Dans ce contexte, on voit mal ce qui pourrait désormais priver Erwan Tabarly (Armor Lux – Comptoir de la Mer) de la victoire. Derrière en revanche, rien n’est encore joué et tous les coups sont permis !
Depuis le Morbihan, un observateur suit le parcours de son fils à la loupe, Patrick Tabarly, skipper lui aussi et frère d'Eric.


Le reportage de Bruno Gilbert et Christian à Polet à Plougoumelen (56)


DMCloud:55101
transat Brest Martinique Patrick Tabarly

La course

Comme on s’y attendait, les solitaires ont empanné, hier soir, et se retrouvent aujourd’hui tous sur le même bord bâbord qui les mènera jusqu’à l’îlet Cabrit. En tête de la flotte, avec toujours plus de 45 milles d’avance, Erwan Tabarly ne peut que se satisfaire de cette situation : « Je ne peux pas être mieux placé. Je suis exactement entre mes adversaires et l’arrivée, c’est parfait. Je suis confiant pour la suite » avouait le skipper, pourtant pas du genre à fanfaronner. Mais c’est un fait, le Fouesnantais se trouve aujourd’hui dans une situation idéale. « Je ne m’attendais pas à ce scénario. Toutes les dernières transats que j’ai faites se sont jouées à quelques minutes seulement. Là, à 24 heures de l’arrivée, j’ai une quarantaine de milles d’avance, c’est extraordinaire. Je commence à savourer » a-t-il précisé. Il faut dire, qu'à moins d’un souci technique ou d’une casse matérielle, on voit mal ce qui pourrait l’empêcher, à présent, d’aller chercher la victoire à Fort-de-France. Mais le marin reste prudent. « Je me méfie. Un pépin peut toujours se produire. Je veille à ne pas déchirer mon spi ou à ne pas taper quelque chose dans l’eau » a-t-il indiqué. On l’aura compris, ce ne sont plus ses poursuivants qui l’inquiètent. Et pour cause, il a fait le calcul, il faudrait que ceux-ci avancent deux nœuds plus vite que lui pour recoller au score. Pas gagné donc.

Onze skippers restent engagés dans cette course disputée sur des Figaro-Bénéteau 2 de 10 mètres de long, partie de Brest le 17 mars.


L'interview d'Erwan Tabarly par téléphone

DMCloud:55197
ITW Erwann Tabarly


Le classement donné par les organisateurs ce samedi à 9h :

1. Erwan Tabarly (FRA/Armor Lux-Comptoir de la Mer), à 252.06 milles de l'arrivée
2. Gildas Morvan (FRA/Cercle vert), à 44.32 milles du premier
3. Fabien Delahaye (FRA/Macif) à 52.80
4. Anthony Marchand (FRA/Bretagne - Crédit Mutuel Performance), à 84.70
5. Adrien Hardy (FRA/Agir Environnement), à 113.89

Sur le même sujet

Saint-Brieuc: au centre, la bataille des élections municipales est lancée

Les + Lus