• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Doux: le site de Pleucadeuc espère une reprise par un groupe anglais

L'entrée du site de Doux à Pleucadeuc / © France3
L'entrée du site de Doux à Pleucadeuc / © France3

L'abattoir de dindes de Doux à Pleucadeuc (Morbihan) pourrait être repris par un "grand groupe" anglais, selon l'administrateur judiciaire du volailler, qui a dit être dans l'attente d'un engagement écrit concernant ce site qui emploie quelque 135 personnes.

Par Krystel Veillard avec l'AFP

Régis Valliot, administrateur du groupe Doux en redressement judiciaire depuis juin 2012 a déclaré "On attend une lettre d'engagement d'un groupe anglais", alors qu'expirait lundi soir le délai pour une éventuelle candidature à la reprise du site. "Tant qu'il y a une chance d'avoir une offre on ne va pas fermer" la procédure. "On ne peut pas se permettre de perdre une candidature si elle est sérieuse et il semble qu'elle soit sérieuse", a-t-il ajouté, disant espérer recevoir un engagement écrit "aujourd'hui, demain, incessamment". Mais, "on ne peut pas trop presser les gens parce que c'est un grand groupe qui est très occupé sur autre chose", a-t-il estimé, indiquant cependant que le site de Pleucadeuc "perd beaucoup d'argent, donc le plus vite serait le mieux".

L'identité du groupe pressenti n'a pas été dévoilée

"Le secteur est complètement dépressif sur la dinde en France", a rappelé encore Régis Valliot, soulignant qu'en revanche "le marché anglais de la dinde, lui, va bien", les Anglais en consommant beaucoup plus que les Français.

Le site de Pleucadeuc avait été repris début septembre par la société Galina, filiale de Doux. Lors de cette reprise, quelque 270 emplois avaient été détruits. Placé en redressement judiciaire le 1er juin 2012, le groupe Doux a vu son pôle frais, déficitaire, liquidé et partiellement repris début septembre, avec la perte d'un millier d'emplois. Il se compose désormais des pôles surgelés et produits élaborés, employant au total 2.380 salariés. Fin février, sa période d'observation a été prolongée de trois mois

Sur le même sujet

Le maquis de Saint-Marcel raconté aux écoliers

Les + Lus