Cet article date de plus de 8 ans

Vieilles Charrues : nos meilleurs souvenirs

Nous étions quelques journalistes de France 3 Bretagne pour couvrir le Festival des Vieilles Charrues. Nous avons vécu 4 jours pleins dans le public, dans la salle de presse, avec les artistes. Et on a aimé ça. Voici nos meilleurs souvenirs.
C'est Patrick Bruel qui a marqué Benoît, pas franchement fan à la base. "Je l'ai vu juste avant de rentrer sur la scène, il était décomposé, il nous a dit : 'j'ai le trac". On avait l'impression qu'il hésitait à y aller, comme avant un saut en parachute. Il était derrière le rideau pétrifié, l'image était très forte". Jean-Marc était là aussi, il filmait Bruel, avant son entrée de scène. Il a été étonné par la disponibilité du bonhomme : "Deux gamins sont arrivés pour lui demander de poser pour une photo, c'était 2 minutes avant le concert, il a dit oui. C'est la classe, hyper disponible, hyper humble". Bertrand lui a craqué pour M : "il incarne totalement l'esprit des Vieilles Charrues, c'est une star qui vient tout donner au public, il ajoute, ici les gens veulent de l'engagement de la générosité". Jeff lui s'est mis au Coréen depuis qu'il a vu Youn Sun Nah. "Elle a une sacrée présence sur scène. J'ai aimé le contraste entre ce petit filet de voix quand elle annonçait ses morceaux et sa vraie voix de chanteuse quand elle chantait".

Gilbert a fêté ses 10 ans de mariage devant Oxmo Puccino

Gilbert n'en est pas à son premier festival, allez ça doit faire au moins 15 ans qu'il traîne aux Vieilles Charrues. Cette année, c'était un peu particulier, il y a fêté ses 10 ans de mariage avec Annie. "On a fait la navette entre Oxmo Puccino et Neil Young, on a eu les trois premiers morceaux du Loner qu'on connaissait et après on a dansé avec Oxmo Puccino. C'était le bonheur!". Il aimerait revoir Oxmo Puccino pour écouter les paroles. Richard aussi a aussi beaucoup aimé ce concert : "ça bougeait bien, j'ai dansé". 

Gilbert et Annie, 10 ans de mariage ça se fête
Gilbert et Annie, 10 ans de mariage ça se fête © GQ

Stéphane, lui s'est retrouvé dans la fosse pendant le concert de Patrick Bruel, avec les photographes et a retrouvé un très bon copain, Olivier qui n'était pas venu aux Vieilles Charrues depuis 10 ans : "c'était pendant le concert de Patrick Bruel, c'est comme si on s'était donné rendez-vous dans 10 ans. On a immortalisé le moment".


Une véritable fourmilière back-stage

C'était le premier festival d'Emilie "pour le boulot". "J'ai découvert l'envers du décor, une incroyable fourmilière, c'est une organisation énorme, entre les 500 journalistes qui sont accrédités, les 6 000 bénévoles, les 170 personnes qui s'occupent de la sécurité..." C'est ça qui l'a impressionnée. Jean-Marc lui, ne se lassera jamais de l'atmosphère qui règne ici à Carhaix : "Il y a un pont entre les générations qui existe depuis longtemps. Les vieux ne jugent pas les jeunes qui viennent se défouler, les jeunes respectent les plus âgés. Et ça, c'est dans les gènes dans l'inconscient collectif des Charrues. C'est ça le vivre ensemble". 




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vieilles charrues musique