Montée du phare d'Eckmühl : il a gravi 307 marches en 47 secondes et 2 centièmes!

168 concurrents ont grimpé les 307 marches du phare de Penmarc'h / © AFP
168 concurrents ont grimpé les 307 marches du phare de Penmarc'h / © AFP

C'était le 7e édition du Championnat du monde de la Montée du phare d’Eckmühl hier à Penmarc’h (29). 167 concurrents se sont succédés, pour gravir le plus vite possible, les 307 marches du phare. C'est Quentin Thomas, qui détenait déjà le record qui est arrivé en tête!

Par Sylvaine Salliou (avec AFP)

"Une épreuve de fou, un défi contre soi-même": depuis 7 ans, les coureurs essoufflés mais fiers d'avoir gravi les 307 marches du phare d'Eckmühl, rivalisent de qualificatifs pour vanter le contre-la-montre le plus original des compétitions hors stade. Ce samedi, c'est Quentin Thomas, 22 ans, un étudiant en médecine de Quimper, escrimeur qui détenait déjà le record de 52 secondes et 9 centièmes qui est arrivé en tête et il a fait encore mieux cette année : 47 secondes et 2 centièmes. Parmi les 167 engagés, six concurrents ont terminé la montée du phare sous la minute.

Un entraînement strict

La course a été créée en 2007 à l'occasion des 110 ans du phare d'Eckmühl. L'événement festif devait être sans lendemain mais, devant l'engouement des participants, les organisateurs du Club d'athlétisme bigouden (CAB) ont décidé de rééditer l'épreuve chaque année. Rendez-vous de sportifs amateurs et de touristes en quête de sensations, le championnat de montée du phare n'a sacré que des athlètes confirmés, jusqu'à la victoire d'un escrimeur en août dernier. "Depuis le mois de juin, je m'entraîne cinq fois par semaine", sourit Quentin Thomas, le tenant du titre avec 47 secondes, son entraînement allie "des marches, du footing, de la musculation et des étirements".

Montée du phare d'Eckmühl en août 2013
C. Louet, M. Guilcher, C. Pierret

"L'effort est monstrueux"

Perfectionniste, le jeune Breton avait au préalable reconnu les lieux et évalué la hauteur des marches. "Ce qui est difficile, c'est de garder la vitesse. En athlétisme, on peut diminuer la foulée; dans le phare, avec les marches, on risque de tomber", poursuit-il. "L'effort est monstrueux, le dernier quart de la course, c'est la tête qui commande", commentait il y a deux ans Loic Sellin, un athlète nantais spécialiste du 1.500 et du 800 mètres, triple vainqueur de l'épreuve, le premier a être descendu sous la barre de la minute. "La meilleure tactique, c'est de monter les marches deux par deux. Certains arrivent les jambes cassées, en s'aidant des mains ", suggère Corentin Peoc'h, même si le tenant du titre a réussi l'exploit d'attaquer l'escalier trois par trois. L'épreuve attire également des amateurs de tous âges. Le vétéran s'appelle Henri Heumans, 81 ans. L'an dernier, il avait gravi les 307 marches en 3 minutes et 5 secondes.



Sur le même sujet

Les + Lus