• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Transat Jacques Vabre: Josse et Caudrelier en tête au Brésil en moins de 12 jours !

Transat Jacques Vabre : Josse et Caudrelier au départ au Havre / © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Transat Jacques Vabre : Josse et Caudrelier au départ au Havre / © CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le premier voilier de cette 11ème Transat Jacques Vabre, le trimaran MOD70 Edmond de Rothschild de Sébastien Josse et Charles Caudrelier qui n'a qu'un seul adversaire dans sa catégorie, est arrivé à Itajai au Brésil ce lundi à 18h03, en moins de 12 jours.

Par Krystell Veillard

Le MOD70 Edmond de Rothschild a passé la ligne à 18h 03min 54s (heure française) à Itajaí, au Brésil ce lundi, alors que les premiers monocoques (Imoca) ne sont attendus que dimanche. C’est dans une petite brise d’Est que le duo du MOD70 Edmond de Rothschild a coupé la ligne d’arrivée à Itajaí. Josse et Caudrelier ont réalisé une course pleine de maîtrise, prenant les commandes dès le contournement de la Bretagne pour ne plus jamais les lâcher. Le multicoque de 21,20 m, longtemps ralenti par des vents irréguliers et contraires qui l'ont obligé à tirer des bords sous un ciel plombé, a parcouru les 5 450 milles depuis Le Havre en  11 jours 05 heures et 3min 54s.

Le second MOD70, celui de Sidney Gavignet et Damian Foxall, Oman Air-Musandam, pointait à 64,6 milles derrière Edmond de Rothschild, est attendu vers 22h ce soir sur la ligne d’arrivée. Ils sont tous partis du Havre vendredi 7 novembre dernier pour une régate océanique de quelque 5.400 milles, environ 10.000 kms, jusqu'au Brésil.

Josse et Caudrelier sont arrivés à Itajai en moins de douze jours !

Mieux que le temps de Franck Cammas et Franck Proffit en 2003 (11 j 23 h 10 min), lorsque l'arrivée était jugée à Salvador de Bahia, au nord du Brésil. Et ce, sur un multicoque initialement conçu pour être mené par un équipage de six personnes.
Une flotte de 44 voiliers - monocoques et multicoques répartis en quatre classes - a pris le 7 novembre au Havre le départ de cette 11e édition de la Transat Jacques Vabre, avec cinq jours de retard sur le calendrier initial en raison d'une mauvaise météo.

Charles Caudrelier ce matin :

 Ces bateaux sont très performants mais très exigeants : la météo était bonne et du coup, tout s’est bien passé en double. Ces bateaux sont fabuleux, ils vont deux fois plus vite que les autres. Nous avions prévu un temps de parcours de 12 jours au mieux. Mais nous avons globalement rencontré des conditions propices à la performance : de bons vents, pas trop de mer, de bons enchaînements avec, parfois, des moyennes à 30 nœuds. Avec Sébastien, nous nous connaissons bien, nous avons bien navigué, sans faire de bêtise, du moins pas pour le moment. On est crevé, on ne s’arrête jamais car l’erreur n’est pas permise sur ces bateaux. Tu ne lâches pas la barre quand tu es de quart, même pas pour boire un café. C’est tout le temps de la conduite, car tu ne peux pas aller à fond la caisse avec le pilote. Parfois on alterne toutes les heures. On a bien tiré sur le bateau. Une frayeur ? Quand on a vu Oman Air-Musandam revenir dans le Pot au Noir !




A lire aussi

Sur le même sujet

"On veut vivre dignement de notre travail"

Les + Lus