Cet article date de plus de 7 ans

Le procès des Bonnets rouges est renvoyé au 15 mai

Le procès des 11 militants bretons est renvoyé au 15 mai. Un des prévenus a refusé de comparaître. Quatre prévenus restent cependant en détention provisoire. Christian Troadec, maire de Carhaix et leader des Bonnets rouges était présent à l'audience.
Christian Troadec, l'un des leaders des Bonnets rouges est venu assisté à l'audience
Christian Troadec, l'un des leaders des Bonnets rouges est venu assisté à l'audience © S. Breton
Le procès des 11 militants bretons a été renvoyé, un des prévenus ayant refusé de comparaître. Il a demandait un délai pour préparer sa défense. Une demande légale dans le cadre d'une procédure de comparution immédiate.
Or comme le juge a refusé la disjonction des dossiers en raison de "mises en cause croisées", les autres prévenus n'ont donc pas été jugés et le renvoi prononcé au 15 mai.

Les avocats auront près d'un mois pour échafauder la défense de leurs clients. Pour autant quatre prévenus ont été maintenus en détention. Les autres sont libres sous contrôle judiciaire.

Les 11 prévenus sont suspectés d'avoir participé à la destruction du portique écotaxe de Pontorson dans la Manche le 28 décembre 2013 ou d'avoir préparé la destruction à venir de portiques ou radars. Ils encourent 10 ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Six des prévenus, interpellés vendredi ont dit au cours de leurs auditions faire partie de comités locaux des Bonnets rouges, à Rennes et Dinan notamment.

Une cinquantaine de personnes dont certaines coiffés de Bonnets rouges ou portant des drapeaux bretons, s'étaient rassemblées devant la cité judiciaire de Rennes. Parmi eux, la présence remarquée de Christian Troadec, le maire de Carhaix, porte-parole des Bonnets rouges. Il a assisté à l'audience.

durée de la vidéo: 01 min 48
Procès des 11 militants bretons
Intervenants du reportage :
- Ronan Le Gall, porte-parole d'Adsav
- Frédéric Birrien, avocat de deux prévenus
- Christian Troadec, porte-parole des Bonnets rouges

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bonnets rouges ecotaxe justice