Au fait, le Bro Gozh, qu'est-ce que c'est ?

Beaucoup ont découvert "l'hymne de la Bretagne" lors de la première finale Guingamp-Stade Rennais, en 2009, au Stade de France. Mais le Bro Gozh Ma Zadoù, le vieux pays de mes pères, a été adapté de l'hymne gallois, en 1898, par François Jaffrenou. Puis progressivement adopté par les Bretons.

Les amateurs de rugby doivent trouver l'air du bro Gozh Ma Zadoù familier. Ils peuvent l'entendre au Millenium Stadium de Cardiff avant chaque match de l'équipe du pays de Galles. Le "Vieux pays de mes pères" est en effet une adaptation de Hen Wlad Fy Nhadau (Vieille terre de mes pères), l'hymne national gallois.

Il a également fait son entrée dans les stades en Bretagne. Au Roudourou avec l'EA Guingamp, et Route de Lorient avec le Stade Rennais. Le club a d'ailleurs reçu le Prix Bro Gozh 2013 décerné par le comité Bro Gozh.

Lorsqu'au Stade de France Nolwenn Leroy interprète le Bro Gozh avec la garde républicaine, elle écrit une nouvelle ligne de l'histoire de ce chant, en lui donnant une nouvelle popularité.

Mais avant cela, il a accompagné l'histoire de la Bretagne, en étant chanté par des résistants du camp de Chateaubriant lors de l'exécution du Docteur Jacq. On l'a également entendu à l'ouverture du procès de l'Amocco-Cadiz à Chicago, entonné par Alphonse Arzel et Roger Calvez.