• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Santé : portrait robot de la Bretagne

Un enfant hospitalisé pour une méningite / © Christiaan Triebert
Un enfant hospitalisé pour une méningite / © Christiaan Triebert

Le ministère de la santé vient de publier un recueil d'indicateurs concernant la santé, par région. Ce rapport dresse le portrait sanitaire et social d'un territoire. En Bretagne,  par exemple, on est moins obèse mais on fume et on boit plus. Il y a aussi moins de dépassement d'honoraires.

Par Emilie Colin

Le ministère de la santé vient de publier un recueil d'indicateurs généraux, concernant la santé par régions. Ce dernier présente de manière non exhaustive les caractéristiques d'un territoire, basé sur l'état de santé de ses habitants et sur l'offre de soin proposée. Ces données s'inscrivent dans un contexte économique et social propre.

Une situation sanitaire contrastée, le breton est :


  • un peu moins vieux que la moyenne : 77,3 ans pour les hommes et 84,4 ans pour les femmes.
  • moins touché par le diabète ou la maladie d'Alzheimer, ainsi que par le surpoids.
  • plus consommateur d'alcool et de tabac surtout chez les jeunes. C'est dans notre région que la part des jeunes de 17 ans en état d'ivresse répétée était la plus élevée en 2011 : 47, 4 % contre 27,8 % au national. 
  • plus enclin à participer aux dépistages organisés
A noter aussi que les taux d'IVG et de césariennes sont inférieurs à la moyenne nationale.

Des médecins spécialistes moins présents

Le rapport aborde aussi la question de la prise en charge médicale :

  • l'offre hospitalière en psychiatrie se situe au dessus de la moyenne
  • les spécialistes sont moins nombreux
  • la densité d'infirmier est plus grande
  • le dépassement d'honoraire est inférieur à la moyenne nationale, toutes spécialités confondues et y compris chez les généralistes

Quelques chiffres clés 

  • En 2012, la densité de médecins généralistes s'élève à 107.1 pour 100 000 habitants
  • Pour 10 000 habitants, 38,4 lits et places sont proposés en soins de courte durée
  • En 2013, la Bretagne compte 31 points d'accueil d'urgence (pour les personnes sans domicile-fixe ou en situation précaire)
Vous pouvez retrouver l'ensemble de ce recueil ici et comparer avec les autres régions. 

A lire aussi

Sur le même sujet

[TEST] Ensemble C'est Mieux en Bretagne 03/07

Les + Lus