• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Aladom, “le génie du service à domicile”, cherche des investisseurs locaux

Dans un contexte économique difficile, une start-up rennaise parvient à tirer son épingle du jeu. L'entreprise cherche cependant de nouveaux investisseurs pour continuer à se développer. Des investisseurs locaux, de préférence, pour maintenir leur contribution à l'économie du grand ouest.

Par Rédaction

"J'ai cinq enfants et je passais beaucoup de temps à chercher des baby-sitters. Je me suis dit qu'il y avait forcément quelque chose à faire pour simplifier la vie des parents qui cherchent des solutions", explique Guillaume Thomas, fondateur de la société Aladom. Sa solution ? Une plate-forme en ligne qui met en relations parents et baby-sitters. 

Une idée simple qui part également d'un constat pragmatique : la France compte 2,4 millions d’enfants de moins de 3 ans, pour seulement 373 700 places d’accueil en structure collective. Trouver une assistante maternelle à proximité de son domicile peut donc relever du parcours du combattant. Aladom, le "génie des services à domicile", se propose de faciliter les démarches, pour les familles comme pour les professionnels.

Continuer à se développer

Depuis sa création, l'offre de services du site s'est considérablement étoffée. Dorénavant, c'est 23 services différents qui sont proposés : du ménage, de l'enseignement à domicile, de la coiffure ou encore du jardinage sur la France entière. Mis en ligne en 2008, le site référence aujourd'hui plus de 100 000 prestataires de services à la personne.

Totalement autonome depuis sa création, la start-up, qui emploie une dizaine de personnes, cherche aujourd'hui des investisseurs prêts à les accompagner vers une nouvelle étape : les services aux séniors. Pour se positionner sur ce marché, l'entreprise a besoin de 4 à 500 000 €. Basée à Rennes, l'entreprise démarche des investisseurs locaux pour mieux alimenter l'économie dans l'Ouest.

Aladom, plateforme de service à domicile en ligne
Catherine Carlier, Larbi Benchiha ; montage, Christine Pierret

 

Sur le même sujet

Isabelle Autissier et le Théâtre d'Ardoise

Les + Lus