Cet article date de plus de 6 ans

Incendies à Morlaix : un bonnet rouge mis en examen et écroué

Le Bonnet rouge interpellé mercredi dans l'affaire des incendies de Morlaix a été présenté au juge vers ce midi. Il a été mis en examen pour dégradation et destruction d'un bien et entrave à l'arrivée des secours. Il a été écroué.
Les rues de Morlaix nettoyés après l'action des légumiers dans la nuit du 19 au 20 septembre.
Les rues de Morlaix nettoyés après l'action des légumiers dans la nuit du 19 au 20 septembre. © FRED TANNEAU / AFP
Ce Morlaisien, habitué des manifestations de lutte salariale est un Bonnet rouge du collectif de Morlaix. Il n'est pas légumier alors que la manifestation avait réuni en très grande partie des maraîchers finistériens. Il a été mis en examen pour destruction et dégradation par moyen dangereux de biens publics, en l'occurrence le centre des impôts. Pour cela il encourt jusqu'à 10 ans d'emprisonnement et 150 000 € d'amende. Il lui est également reproché l'entrave à l'arrivée des secours destinés à combattre un sinistre dangereux pour les personnes. L'homme reconnaît avoir participé à la manifestation des producteurs de légumes, mais conteste son implication dans les incendies, a souligné le procureur.
durée de la vidéo: 01 min 10
Eric Mathais, procureur de la République de Brest

Ecroué

Le Bonnet rouge a été placé en détention "dans le cadre d'un débat différé", a précisé le procureur. "Une incarcération pour un temps limité, le débat sur la détention provisoire aura lieu dans le courant de la semaine prochaine" a t'il ajouté.

Seule interpellation

La police judiciaire et le commissariat de Morlaix avaient lancé un appel à témoins pour récupérer le plus d'éléments possibles, témoignages, photos, ou vidéos amateurs. Cet homme mis en examen est le seul interpellé dans cette affaire pour le moment. 

Selon le procureur de la république de Brest, Eric Mathais, "l'enquête sera longue et minutieuse. Elle a pour but d'identifier le maximum de co-auteur de cette infraction et cet homme a été le premier", ce qui peut laisser présager de futures interpellations.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture justice bonnets rouges agro-alimentaire faits divers