Cet article date de plus de 6 ans

Nuit d'avarie sur la Route du Rhum. Sodebo heurté par un cargo

Thomas Coville s'est fait aborder par un cargo vers 23h30 et fait route, son flotteur tribord arraché, vers Roscoff. Il n'est pas le seul à avoir subi des avaries: presque toutes les classes concurrentes ont fait les frais d'une nuit agitée, sans qu'aucun skipper ne soit blessé.
Sodebo Ultim au départ de la Route du Rhum
Sodebo Ultim au départ de la Route du Rhum © Alexis Courcoux
A 23h30 une collision s’est produite entre Sodebo Ultim’ et un cargo. Thomas Coville était sain et sauf. Le trimaran était presque sorti du rail et naviguait sous 3 ris et ORC, progressant à une vitesse de 15/18 nœuds dans des grains actifs par 30 nœuds de vent de Sud-Ouest.

Dans le choc, le trimaran a perdu l’avant du flotteur tribord jusqu’au bras de liaison. La coque centrale semble avoir été aussi endommagée à l’avant. Sodebo Ultim’ se dirige vers le port de Roscoff, vent de travers, sous voilure réduite, appuyé sur le flotteur bâbord.

Loick Fequet, en multi50, a perdu un flotteur. Dans les Class40, François Angoulevant et Marc Lepesqueux ont perdu leur quille. François Angoulement a du être hélitreuillé.

Avec plus de 30 noeuds de vent et une mer forte au large des côtes bretonnes, la flotte a été bien secouée. Ces conditions ont bénéficié à Loick Peyron qui a pris de l'avance sur ses concurrents.

Le premier à subir une avarie a été Jean Galfione (Serenis Consulting), qui a percuté une bouée non éclairée, vers 20h.

Plusieurs concurrents annonçaient leur intention de faire escale pour avarie : en Classe Rhum, Bob Escoffier (Linedit'h) et Benjamin Hardouin (Krit'R V) faisaient route vers Roscoff tandis qu'en Class40, Bertrand Delesne (Teamwork40) était à Perros-Guirec quand l'Italien Giancarlo Pedote (Fantastica) faisait demi-tour.

Ils ont dit :

Loïc Fequet – Maître Jacques (Multi50)
« Lorsque nous étions dans les grosses vagues, le flotteur tribord a cassé devant le bras. Je ne sais pas comment. Il y avait 28-29 nœuds donc je ne suis pas allé voir mais à ce que je vois là c’est cassé devant le bras, comme l’année dernière. Je n’ai pas pu virer de bord, j’ai tenté au moteur mais je n’arrivais pas du tout à manœuvrer car la forme à l’avant est complétement droite. J’ai fait appel à la SNSM de l’Aber Wrac’h. Je suis actuellement en route en remorque, à 10 milles du port : on devrait y être entre 5 et 7 heures du matin. »

Lalou Roucayrol – Arkema Région Aquitaine (Multi50 - 2ième au classement de 4h00)
« Au départ je partais milieu de Manche, c’était l’objectif. Nous avons des conditions très musclées. Le vent commence à basculer un peu, la mer est défoncée. Maintenant, il y a un peu moins d’air, mais j’ai eu des pointes à 40 nœuds.  Il y a de grosses bouffées d’air sous les grains. C’est difficile. »

Sébastien Rogues – GDF SUEZ (Class40 - 1er au classement de 4h00)
« On est dans du vent d’Ouest, le front est passé. Il n’y a plus beaucoup de vent. On est au près en tribord. C’est toujours très instable : ça change encore pas mal en direction, la température tombe, il fait froid et on commence à être fatigué car on a eu quand même jusqu’à 40 nœuds de vent. Je suis à la manette donc je ne peux pas me reposer. C’est une belle entame de Route du Rhum. Je suis sous trinquette, on avance à 8,5/9 nœuds, sur la route quasiment. »

Vincent Riou - PRB (IMOCA - 2ième au classement de 4h00)
« Je suis au près, en bâbord à l’Ouest du DST d’Ouessant. La mer est plutôt agitée. On passera un long bord dans le golfe de Gascogne. La mer est fourbe. On sent bien la houle de Nord-Ouest qui arrive. Nous avons la mer de face et cela secoue bien les bateaux ! »


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
route du rhum voile mer sport