Route du Rhum : la fricassée de poissons volants de Paul Hignard

Le jeune skipper malouin Paul Hignard doit économiser son eau et ses vivres / © P. Contin
Le jeune skipper malouin Paul Hignard doit économiser son eau et ses vivres / © P. Contin

Après son démâtage de vendredi dernier, Paul Hignard, le benjamin de la Route du Rhum est reparti avec un gréement de fortune. Il doit également se rationner sur les vivres et l'eau. Ce week-end, il a récupéré 3 litres d'eau de pluie et s'est cuisiné une fricassée de poissons volants.

Par Thierry Peigné

Suite à son démâtage de vendredi, Paul Hignard avait décidé de sécuriser son bateau et de mettre en place un gréement de fortune afin de rallier Pointe-à-Pitre en route directe et terminer la transat. Il s'est attaché ce samedi à réparer son voilier et a repris la route vers la ligne d'arrivée.

Lors d'une vacation avec son sponsor samedi soir, le benjamin de la course s'est dit confiant : "La bôme est posée verticalement, il faut qu’elle tienne, le bateau avance c’est top. Il m’a fallu bricoler avec le reste du mât (2/3 du mât, environ 55 %), cela n’a pas été évident avec 2 mètres de creux".

Rationnement de rigueur

Le jeune malouin se trouve confronté à une pénurie de vivres et d'eau :

Habituellement, j’ai 4 lyophilisés par jour, là je dois me rationner à 1 et demi par jour, je commence à ressentir la faim. Avec les averses ce samedi j’ai récupéré 3 litres d’eau de pluie, en revanche mes lyophilisés sont à l’eau de mer en ce moment.


 

Le skipper a pu se faire une popotte de poissons volants échoués sur le bateau. Sa recette : il a choisi les deux plus gros et les a passés à la poêle avant de déguster enfin de la vraie nourriture. Un plaisir pour le ventre et le moral.

Ce contenu n'est plus disponible


Arrivée mardi ou mercredi

Paul a hissé un spi et a fait un nœud dedans en tête de mât sur le class40 Bruneau. Il avance vers Pointe à Pître avec sa voile de fortune à 4-5 nœuds. "Si je fais 100 milles par jour, à 4-5 nœuds, je peux arriver mardi ou mercredi" espère le jeune malouin de 19 ans. A 10h ce lundi, le malouin se trouvait à 235 milles du but. Paul Hignard entend bien maintenant filer à grande vitesse vers la bouée d’arrivée.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus