Manuel Valls invité du 19/20 Bretagne : "Des engagements sont tenus et vont produire des résultats"

Manuel Valls était ce jeudi soir l'invité du 19/20 Bretagne en duplex de Brest. Pacte d'Avenir, économie, relance du projet de l'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes, réforme territoriale, le Premier ministre répond à tous ces sujets au coeur de sa visite en Bretagne.

Manuel Valls, le Premier ministre était l'invité du 19/20 Bretagne ce jeudi 18/12/2014
Manuel Valls, le Premier ministre était l'invité du 19/20 Bretagne ce jeudi 18/12/2014 © F3
Après sa journée à Brest d'abord devant un parterre d'acteurs économiques et sociaux, puis à la SNSM et chez DCNS, le Premier ministre était l'invité de l'édition du 19/20 de France 3 Bretagne. Interrogé par Nathalie Rossignol, il a répondu aux questions sur l'emploi, Notre-Dame-Des-Landes et la Bretagne à 5 départements.

A la vue de la croissance du chômage en Bretagne, le Pacte d'Avenir n'est-il pas un échec ?

Manuel Walls : "Le Pacte d'Avenir signé il y a un an par Pierrick Massiot et Jean-Marc Ayrault visait d'abord à répondre à une urgence et je crois que depuis on a progressé, notamment par rapport à des filières dans l'agroalimentaire ou dans l'agriculture qui étaient en très grandes difficultés et surtout à dessiner une espérance, à dessiner un avenir. Et c'est ainsi 3 milliards d'euros qui vont être injectés dans l'économie bretonne (...) donc progressivement je pense que la situation va changer et je comprends bien sûr les impatiences (...) Mais là il y a des engagements qui sont tenus et qui vont produire, je n'en doute pas un seul instant et c'est déjà le cas d'ailleurs, des résultats."

Les acteurs économiques vous demandent d'aller plus loin. Quelle est votre marge de manoeuvre ?

Après avoir énuméré les mesures économiques prises par son gouvernement et dont la Bretagne bénéficie comme toute autre région, Manuel Valls a ajouté "Y a des choses qui avancent, mais faut continuer, faut simplifier, faut que les délais soient plus courts et il faut que l'argent frais, le cash, arrive pour les entreprises et notamment les filières en difficulté. 

Ironie de la part de Ségolène Royal sur le "courage" nécessaire pour relancer l'aéroport Notre-Dame-Des-Landes ?

Manuel Valls n'y voit aucune ironie et pense que "C'est sincère. Vous savez, il faut de la constance. Cela a toujours été ma position. C'est ce qui est attendu sur cet aéroport de Notre-Dame-Des-Landes par Nantes, par son agglomération, par les Pays-de-la-Loire, par la Bretagne, par le monde économique. Nous avons besoin de cette plateforme pour l'économie de tout l'ouest de la France (...) Il faut se battre. Il faut faire face et refuser toutes les oppositions stériles et davantage bien sûr les violences qui sont inacceptables."

Pourquoi ne pas avoir profité de la réforme territoriale pour répondre à la demande de réunification de la Bretagne à 5 départements ?

Manuel Valls : "On verra pour la suite, mais la Bretagne est forte de son identité, de ses départements. Elle va par ailleurs expérimenter dans le cadre de la décentralisation de nouvelles compétences. Je pense à la culture et ici en Bretagne la culture est forte à travers son identité, ses festivals, sa langue aussi, ses écoles Diwan.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique médias
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter