• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Transport : quatre Morbihannais inventent le “cobaturage”

Le cobaturage pour naviguer pas cher et en toute liberté
Le cobaturage pour naviguer pas cher et en toute liberté

S'offrir un aller et retour pour Groix, quand on est demandeur d'emploi, n'est pas toujours facile. Pour pouvoir se rendre plus facilement sur l'île, quatre jeunes Ploemeurois ont donc eu l'idée de créer un site de déplacements en mer sur le même modèle de ceux dédiés au covoiturage.

Par Eric Nedjar

François Le Nevé, Maxime Moy, Renaud Moy et Maxime Quiltu, habitent tous à Ploemeur, près de Lorient et connaissent bien Groix. "On y va en vacances depuis qu'on est tout petit et on continue de s'y rendre. Moi mon amie vit sur l'île et on y travaille aussi en été. On a tous fait au moins une saison. Mais les prix sont quand même élevés 25 € l'aller-retour, et ils vont encore augmenter", explique François le Nevé, secrétaire de l'association "Cobaturage".


Une idée fait son chemin

Des tarifs jugés excessifs pour ces quatre jeunes demandeurs d'emploi, ils n'ont que 25 ans. Il y a un mois et demi ils ont donc eu l'idée de créer un compte Facebook Lorient-Groix. Selon François le névé, "Au départ c'était vraiment pour se rendre beaucoup plus facilement à Groix, pour ne plus être tributaire aussi d'horaires trop rigides. La page a été plébiscitée par beaucoup de personnes. Aussi, nous en avons ouvert une autre qui elle est consacrée à toutes les îles bretonnes. Maintenant, nous travaillons à la réalisation d'un site".


Un site solidaire et durable

Comme pour le covoiturage, l'objectif de cobaturage.bzh est de mettre en relation les propriétaires de bateaux avec des personnes qui souhaitent se rendre sur l'une des 800 îles ou îlots en Bretagne ou rejoindre l'un des 192 ports de la région. Une offre qui se veut complémentaire au transport existant et un site libre d'accès, simple et gratuit. Pour réunir les 4 000 euros nécessaires à sa création ses quatre concepteurs viennent de lancer une campagne de financement participatif sur ulule qui a ce jour a déjà permis de récolter plus de 2 800 €. 

Sur le même sujet

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes

Les + Lus