Le sénateur du Morbihan Joël Labbé pousse un coup de gueule et tombe la cravate

Ce contenu n'est plus disponible

Joël Labbé, le sénateur écologiste du Morbihan, a retiré sa cravate hier dans l'hémicycle. Il défendait sa proposition de résolution sur un moratoire européen sur les insecticides, à l’origine de la disparition des abeilles. Elle a été rejetée. Il n'a pas apprécié.
 

Par Sylvaine Salliou

Alors qu’il était à la tribune de l’hémicycle du Sénat, le sénateur écologiste Joël Labbé a enlevé sa cravate. Un geste de protestation, contre le rejet de sa proposition de résolution pour interdire des insecticides à l’origine de la mort des abeilles. Et une entorse au protocole, car dans l’hémicycle, elle est obligatoire.

"J’en ai dérangé un certain nombre par la demande de ce scrutin public, pour que chacun vote en son âme et conscience", a lancé le sénateur du Morbihan. "L’esprit de cette maison commence à me déranger. Il y a des symboles. Parfois, il faut poser des actes, Madame la présidente. La cravate est obligatoire ici. J’ai fait des efforts, je n’avais pas l’habitude de la porter. Maintenant je ne suis plus dans l’esprit du Sénat qui règne actuellement. Et la cravate, je vais la tomber. Je ne la porterai plus ici", a lancé Joël Labbé tout en enlevant sa cravate. "Quant à vous, vous pouvez continuer de ricaner", a-t-il terminé en s'adressant à la droite de l’hémicycle.
 

Des insecticides nocifs pour la faune et la flore 

Lors d'une conférence de presse la semaine dernière, avec des représentants de la société civile, le sénateur écologiste regrettait déjà que certains sénateurs pensaient que "cette résolution veut déranger le gouvernement, parce qu'elle va trop vite, trop loin."  Il expliquait aussi que les politiques devaient "reprendre la main sur les puissances économiques" et les grandes entreprises d'insecticides qui auraient intérêt à ce qu'il n'y ait pas davantage de restrictions sur ces produits..

Les effets de ces pesticides sont un enjeu de biodiversité. Certaines études montrent qu’au-delà des abeilles, ils pourraient aussi toucher la faune des rivières ainsi que les oiseaux. Le texte souligne "l’impact des néonicotinoïdes sur les pollinisateurs, l'environnement et la santé humaine".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus