Départementales: la carte des "points chauds" dans les Côtes d'Armor

Les Côtes d'Armor, c'est le département qui est "en haut, à gauche", depuis 1976. Il n'a connu que trois présidents : René Pleven de 1948 à 1976, Charles Josselin de 1976 à 1997, et Claudy Lebreton depuis. Ce dernier ne se représente pas. Est-ce l'occasion d'une bascule à droite? 

Les Côtes d'Armor sont de département de la stabilité politique, et là encore, sa succession ne devrait pas poser de problème. L'élu désigné est Vincent Le Meaux, premier secrétaire du PS du département, maire et conseiller général de Pontrieux. Problème, il est peu connu.

La gauche avance en ordre plus dispersé avec plusieurs primaires au premier tour. Dans neuf cantons, le PS a réussi à faire alliance avec EELV-PCF-UDB : 
- PS-PC : Ploufragan, Plénée-Jugon, Plestin-les-Grèves, Bégard et Lannion
- PS-UDB : Plérin, Paimpol et Mûr-de-Bretagne
- Perros-Guirec : PS-EELV incarné par Sylvie BOURBIGOT, actuelle vice-présidente sortante du CG (il n’y a que deux conseillères générales EELV en Bretagne, l’autre étant dans le 56).

En face, Alain Cadec, député européen et personnage médiatique, mène la campagne pour l'UMP. 

Le centre-droit a réussi à faire l’union et présente des candidats UMP-UDI-MoDem-DVD dans 26 des 27 cantons. Seule exception : Guingamp où le centre-droit soutiendra le duo Yannick KERLOGOT (ex-Vert)-Laurence CORSON (duo sans étiquette).

Les Côtes d'Armor passeront de 54 à 27 cantons, qui sont majoritairement ruraux, et donc propices à une poussée du Front National. C'est le cas par exemple du cantons de Broons, dans lequel se présente la chef de file du FN, Odile de Mellon.

La carte des candidats, cantons par cantons