• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Départementales : la percée limitée du FN en Bretagne

Marine Le Pen lors d'une conférence de presse le 9/03/2015 / © AFP - J.C. Verhaegen
Marine Le Pen lors d'une conférence de presse le 9/03/2015 / © AFP - J.C. Verhaegen

Après celui de l'abstention, le score du Front National était l'autre résultat attendu de ce 1er tour des élections départementales. Au niveau national, les premières estimations donnent le FN en troisième position derrière l'UMP et le PS. En Bretagne, il sera présent dans 11 cantons.

Par Thierry Peigné

Lors de son dernier passage à Saint-Malo, le 21 février, Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse l'avait annoncé : "La Bretagne n'est plus une terre de mission." Pour les élus FN, après avoir longtemps résisté aux discours du parti frontiste, la région ne fait désormais plus exception et se rapproche de la moyenne nationale. Le FN avait toutes les raisons d'espérer pour ce scrutin. Les derniers scores du parti d'extrême droite en Bretagne le démontrent : 13,24 % pour Marine Le Pen à la dernière présidentielle et 17,1 % aux européennes de 2014, derrière l'UMP. Pour ces même élections, le FN était arrivé en tête dans environ 500 des 1.200 communes bretonnes, essentiellement dans des zones rurales, avec un score supérieur à 25% dans près de 200 communes pour la plupart en Morbihan et Ille-et-Vilaine. Ce scrutin de mars 2015 se présentait également comme un vote sanction, contestatire, favorable au vote extrême.

Une poussée moins forte qu'annoncée

Fort des sondages qui annonçaient le front National comme le futur "premier parti de France", le FN présentait des candidats dans tous les cantons de la région. Il se targuait d'être en mesure d'effectuer une forte poussée face à ce qu'il appelle l'UMPS.

La remobilisation des électeurs avec une abstention plus faible que celle présagée, même si elle reste forte, semble ne pas avoir joué en faveur du parti frontiste. Pour les observateurs de la campagne, les candidats inexpérimentés du FN étaient pour beaucoup des candidats "hors-sol" et sans programme local

Le FN dans des duels au second tour

Les règles du scrutin de ces élections départementales imposent de passer la barre obligatoire des 12,5 % d'électeurs inscrits, soit près de 25% des votants avec une abstention tournant autour des 50%. Un cap difficile pour tous les partis pas suffisamment implantés.

Le Front National sera présent au second tourdans un duel à Bain-de-Bretagne (35), Guichen (35), Dol-de-Bretagne (35), Montfort-sur-Meu (35), Muzillac (56), Lanester (56), Ploërmel (56), à Lorient 1 (56), La Guerche-de-Bretagne (35) et à Brest 3 dans l'ancien canton de Pierre Maille, le président PS sortant du conseil général 29.

Dans le cas d'un second tour avec un candidat Front national, les 50% nécessaires pour l'emporter pourront être difficile à atteindre pour un parti si peu implanté en Bretagne. Lors de l'inter deux tour, les responsables politiques de droite comme de gauche vont cependant devoir prendre position sur l'attitude à avoir face au FN, un exercice délicat dans lequel ils rechignent à donner des consignes précises de vote. 

Triangulaire à Broons (22)

Une triangulaire avec le FN sera au programme du canton de Broons (22) face aux candidats DVD et PS.
"Broons est le seul canton des Côtes d'Armor où il pourrait y avoir une triangulaire (...) Il faut que les électeurs sachent que le vote protestataire, ce n'est pas voter FN, mais c'est voter contre le PS au pouvoir et donc pour la droite républicaine” a précisé sur l'antenne de France 3 Bretagne, Alain Cadec (UMP) au coude à coude avec Ronan Kerdraon (PS) à Plérin dans les Côtes d'Armor.

A noter également que Gilles Pennelle, le chef de file du Front National en Bretagne, a été éliminé dans le canton de Fougères 2.
Carte de la présence du FN au second tour des départementales en Bretagne / © A. Grall
Carte de la présence du FN au second tour des départementales en Bretagne / © A. Grall


Des bulletins FN invalidés dans le Finistère

Les bulletins FN du canton de Plabennec sont invalidés, car ils ne sont pas conformes au code électoral. L'article 16 précise que les candidats doivent apparaître dans l'ordre alphabétique des noms. Ce n'est pas le cas dans toutes les communes du canton de Plabennec où le nom du candidat du FN apparaissait avant celui de sa colistière.


A lire aussi

Sur le même sujet

Réaction des équipes de l'école primaire

Les + Lus