La première hydrolienne, raccordée au réseau électrique français, baptisée à Brest

© Maxppp
© Maxppp

Après son raccordement à Ouessant au mois de juin, l'hydrolienne Sabella D 10, sera la première turbine connectée à un réseau électrique en France. Elle a été baptisée ce vendredi sur le port de commerce de Brest.

Par avec l'AFP

En juin, en fonction des conditions  météo, la machine de 450 tonnes et de 17 mètres de haut sera immergée par 55 mètres de fond au large de Ouessant. Elle sera alors reliée au réseau EDF pour alimenter une partie de la consommation électrique de l'île avec ses premiers kilowatts. "Ouessant doit devenir une vitrine du modèle énergétique insulaire", a indiqué lors d'un point de presse Jean-François Daviau, président de Sabella, l'entreprise quimpéroise qui a imaginé ce projet au début des années 2000.

Un mégawatt pour fournir 10 à 15 % de la consommation électrique de l'île


Courant mai, un câble de deux kilomètres sera immergé dans le Fromveur, un puissant courant marin entre le continent et l'île, avant l'arrivée en juin d'un cargo "heavy lift" équipé de deux grues de 700 tonnes qui déposeront l'hydrolienne sur son site de production. La puissance de la machine équipée d'un rotor d'un diamètre de dix mètres est de un mégawatt, mais au cours de sa première année d'exploitation elle fournira 250 kilowatts. "A pleine puissance elle pourrait fournir 10 à 15 % de la consommation de l'île", a précisé Jean-Fraçois Daviau. "A terme, en année pleine, ce modèle de production électrique permettra d'économiser plus de un million de litres de fioul qui font fonctionner la centrale de l'île".

Trois autres machines à l'horizon 2019


Le projet Sabella prévoit également à l'horizon 2019 l'immersion de trois autres machines plus puissantes, les D 15, dans le cadre d'une ferme hydrolienne pilote baptisé "Eussabella". Le coût de ce projet, soutenu par la région Bretagne et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) est de 13 millions d'euros. L'entreprise quimpéroise a procédé à des levées de fonds auprès de plusieurs actionnaires. L'aventure industrielle avait démarré en  2008 quand Sabella avait immergé un premier prototype non connecté au réseau en baie de Bénodet (Finistère) afin de tester la technologie.

Diversification des sources d'énergie à Ouessant


Le maire de Ouessant, Denis Palluel, a salué l'aboutissement du projet et rappelé que l'île se préoccupait depuis longtemps de la diversification de ses sources d'énergie. Dans les années 80 une éolienne avait été implantée sur l'île. Elle avait fonctionné quelques mois avant d'être détruite par une tempête. Les hydroliennes sont des turbines qui exploitent les courants marins pour produire de l'électricité.

Sur le même sujet

Les + Lus