• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Affaire Triskalia : les ex-salariés, victimes des pesticides, entendus à Bruxelles

Juin 2016 : manifestation de soutien devant le tribunal des affaires de sécurité sociale à Saint-Brieuc. Stéphane Rouxel et Laurent Guillou anciens salariés de Nutréa-Triskalia ont été intoxiqués à Plouisy, en 2009, par l'insecticide Nuvan Total, interdit à la vente. / © Marc Ollivier - MaxPPP
Juin 2016 : manifestation de soutien devant le tribunal des affaires de sécurité sociale à Saint-Brieuc. Stéphane Rouxel et Laurent Guillou anciens salariés de Nutréa-Triskalia ont été intoxiqués à Plouisy, en 2009, par l'insecticide Nuvan Total, interdit à la vente. / © Marc Ollivier - MaxPPP

Plusieurs ex-salariés de Triskalia ont été entendus par la commission des pétitions du Parlement européenà Bruxelles ce mardi 25 avril. Cette étape s'avère déterminante pour eux, l'objectif étant que l'Europe mène une enquête sur l'entreprise.

Par Emilie Colin

Une "étape déterminante" affirme Serge Le Quéau de l'Union Régionale Solidaires de Bretagne. Il fait partie du groupe de sept personnes qui ont été à Bruxelles ce mardi 25 avril, pour défendre à nouveau les intérêts des ex-salariés Triskalia, victimes du pesticide. Cinq d'entre elles font le voyage : Laurent Guillou, Stephane Rouxel, Pascal Brigant, Claude Le Guyader et Édith Le Goffic. Tous espèrent être entendus. 

Ces salariés ont été auditionnés en fin d'après-midi, après avoir constitué un dossier qu'ils ont déposé à la commision des pétitions du Parlement européen. "Le fait d'être auditionné c'est déjà beaucoup, car beaucoup de pétitions reçues par cette commission ne sont pas examinées" explique Serge Le Quéau. 

Triskalia : "des drames à répétition, sur l'environnement, sur la santé"


L'enjeu est important alors que les affaires se multiplient, impliquant Triskalia comme récemment à Brest. Les ex-salariés souhaitent à terme que l'Europe mène une enquête sur les pratiques d'une entreprise qui selon eux "bénéficie d'une grande complaisance de la part de l'État français". "Les contrôles de l'État français sont déficients, nous voulons faire vérifier que les lois européennes sont bien appliquées."

La commission de la pétition qui les a reçus va envoyer une lettre à la Commission Européenne, demandant qu'une délégation de députés européens soient envoyée en Bretagne. Une demande d'enquête sur le terrain a été formulée, elle sera étudiée par la Commission Européenne d'ici une quinze de jours. 80% des demandes de ce type sont rejetées, mais les défenseurs de cette cause sont confiants ayant été reçus trois fois.

Des salariés de Glomel, Plouisy mobilisés depuis 2009


Depuis 2009, certains ex-employés de Triskalia se battent pour faire reconnaître, par leur employeur et par la Mutualité sociale agricole (MSA), la réalité de leur maladie qui a entraîné, selon les cas, une incapacité totale ou partielle de travail voire des décès. Pascal Brigant et Claude Le Guyader ont saisi la justice depuis longtemps. Ils ont rendez-vous devant la cour d'appel de Rennes le 6 juin 2017. 

Affaire Triskalia : le (très) long combat de deux ex-salariés - France 3 Bretagne

Le combat judiciaire se poursuit entre le géant breton de l'agro-alimentaire Triskalia, et d'anciens salariés gravement intoxiqués par des pesticides sur leurs lieux de travail. Ces derniers vont devoir se montrer encore très patient. Une audience prévue ce mercredi a été repoussée.




A lire aussi

Sur le même sujet

French Touch - Miossec

Les + Lus