Cet article date de plus de 3 ans

La Bretagne gagne 100 000 habitants en cinq ans

L'INSEE vient de sortir les chiffres de la population française au 1er janvier 2015. En Bretagne, l'Ille-et-Vilaine est le département le plus peuplé. La croissance démographique bretonne est supérieure à la moyenne nationale. Avec notre carte, découvrez combien d'habitants compte votre commune !
Selon l'INSEE, en 2015 Rennes reste la ville la plus peuplée de Bretagne avec 215 366 habitants.
Selon l'INSEE, en 2015 Rennes reste la ville la plus peuplée de Bretagne avec 215 366 habitants. © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
La population bretonne a augmenté de près de 100 000 habitants entre 2010 et 2015. Une hausse qui classe la Bretagne à la 10 ème place des régions métropolitaines. La croissance démographique bretonne reste supérieure à la moyenne française (0,59 % contre 0,48%). C'est cependant un peu moins qu'entre 1990 et 2010. La population s'amplifie dans les départements bretons, notamment en Ille-et-Vilaine où la croissance démographique à évolué de 1,1%. 

Découvrez le nombre d'habitants dans votre commune au 1er janvier 2015 sur notre carte interactive. Cliquez sur votre commune.



36 communes de plus de 10 000 habitants


Au 1er janvier 2017, la Bretagne totalise 1 233 communes dont 36 communes de plus de 10 000 habitants. Parmi elles les métropoles comme Rennes et Brest mais aussi des plus petites villes comme Plouzané ou Saint-Avé. Seulement 20 % de la population bretonne vit dans une des neuf communes de plus de 20 000 habitants.


Une croissance portée par l'excédent migratoire 


L’excédent migratoire contribue à une hausse de 0,46 % par an de la population bretonne, c'est 73 424 habitants supplémentaires entre 2010 et 2015. Ainsi la Bretagne est la 4 ème région française en termes d’attractivité après la Corse (+ 1,11 %), l’Occitanie (+ 0,75 %) et la Nouvelle-Aquitaine (+ 0,57 %).

Tous les départements bretons sont concernés par cette croissance. À l'inverse, le solde naturel baisse nettement dans les Côtes-d'Armor et plus légèrement dans le Finistère. En Bretagne, sur la période 2010-2015, le solde naturel est excédentaire avec 21 360 naissances de plus que de décès, en deçà de la moyenne française. 

Ainsi, la Bretagne se situe parmi les régions qui ont une évolution quasi-nulle.

L'Ille-et-Vilaine, département le plus dynamique


C'est l'Ille-et-Vilaine qui tire son épingle du jeu puisqu'il compte 1 042 884 personnes en 2015. Depuis 2010, cette population progresse de 1,08 % par an en moyenne. À la fois département le plus peuplé et le plus dynamique de la région, il contribue pour plus de moitié à la hausse du nombre d’habitants en Bretagne. Le pays de Rennes et notamment les communes entre 10 000 et 20 000 habitants, affichent un fort taux de croissance

Le Morbihan compte 744 813 habitants en 2015, avec la moitié de sa population concentrée dans les aires urbaines de Lorient (217 901 habitants) et Vannes (155 937 habitants).

Le Finistère est le deuxième département breton le plus peuplé avec 907 796 habitants. Cependant, sa progression est plus faible que celle du Morbihan. Le territoire du Finistère est fortement structuré autour des aires urbaines de Brest (318 829 habitants) et de Quimper (127 286). Mais c'est également le département avec la plus forte proportion de population vivant dans une commune urbaine (+ de 2 000 habitants).

Les Côtes-d’Armor sont le département le moins peuplé de la région (598 357 habitants), cependant sa population reste en hausse moyenne de 0,22 % par an sur la période 2010-2015.

Une baisse de la population sur les côtes nord


Une partie des communes touchées par une baisse de population se trouvent sur le littoral nord et le centre Bretagne. Il s’agit par exemple des communes de Dinard (– 1,24 %), Paimpol (– 1,17 %), et Perros-Guirec (– 0,60 %), notamment à cause du vieillissement de leur population. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
démographie société