Brexit : les pêcheurs bretons incités à quitter les eaux britanniques

Face à l’incertitude, le Comité Régional des Pêches de Bretagne demande aux armements bretons de quitter les eaux du Royaume-Uni avant ce soir. Pour le moment, les pêcheurs bretons n’ont pas reçu d’autorisation pour accéder aux zones britanniques à partir du 1er janvier 2021.

Les bateaux de pêche au port de Roscoff.
Les bateaux de pêche au port de Roscoff. © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME/MAXPPP

Le Comité des pêches mise sur la prudence, les professionnels bretons devront encore patienter. En effet, ils ne sont pas assurés de pouvoir pêcher dans les eaux britanniques le 1er janvier prochain. Ils n’ont toujours pas obtenu d’autorisation du Royaume-Uni.

"Les comités des pêches bretons tiennent à vous faire part de leur très gros doute quant à un accès aux eaux britanniques sans une autorisation des autorités du Royaume Uni (y compris les eaux de Jersey et de Guernesey", peut-on lire dans le communiqué.

Face à cette incertitude et compte tenu des risques de contrôles par les autorités britanniques et du délai nécessaire pour récupérer le matériel, ils (les comités)  invitent les armements bretons à ne pas rester dans les eaux du Royaume-Uni après le 31 décembre 2020 minuit et à retirer les engins dormants avant la fin de l’année.


Les pêcheurs dans l'incertitude

En attendant, les pêcheurs bretons sont dans l’incertitude. "On a fait remonter des listes de bateaux à l’administration française, mais concrètement, on n’a pas les autorisations délivrées par le Royaume-Uni et par l’Europe donc nos bateaux restent en suspens par rapport à ces autorisations de pêche", confie Damien Venzat, directeur général de l’organisation de producteurs de Bretagne Nord, Cobrenord.

Ce 20 décembre, une semaine après l’accord sur le Brexit, les pêcheurs de la Bretagne Nord ont rencontré deux eurodéputés, Pierre Karleskind de la commission pêche et Marie-Pierre Vedrenne, vice-présidente de la commission du commerce international au Parlement européen.

L’accord sur le Brexit prévoit que les pêcheurs européens aient toujours accès aux eaux britanniques, mais ils devront restituer au Royaume-Uni 25% de la valeur de leur produit pêché.


Les eurodéputés ont répondu aux multiples questions des pêcheurs. Ils ont tenu à rassurer ces derniers en leur assurant que des aides sont prévues pour les pêcheurs qui seront obligés d’arrêter leur activité.

"Ils seront aidés. Tout cela sera mis en place par le gouvernement, ce sont des fonds européens, mais mis en œuvre par les états membres de l’Union européenne", affirme Pierre Karleskind, eurodéputé et président de la commission pêche.

Une commission dédiée aux questions de la pêche se rassemble dès le 11 janvier prochain à Bruxelles avec un accord prévu en février. D’ici là, les pêcheurs bretons restent attentifs, parfois méfiants, même si pour eux l’accord du Brexit reste une bonne nouvelle.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
brexit international pêche économie politique