Brocéliande : une forêt et des histoires

Brocéliande : la vallée de l'Aff / © Krystel Veillard - France Télévisions
Brocéliande : la vallée de l'Aff / © Krystel Veillard - France Télévisions

Rendez-vous dans la forêt de Brocéliande, avec l'illustratrice et peintre Séverine Pineaux et avec l'écrivaine et co-fondatrice du Centre de l'Imaginaire arthurien, Claudine Glot. Une balade en forêt pour plonger dans les légendes, riches et multiples, qui peuplent les sous-bois.

Par Krystell Veillard


Des dragons, des chats, des animaux fantastiques, mais encore des fées, et puis des arbres toujours, des fleurs, des branches, des ramures envahissantes, belles, envoutantes. L'univers de Séverine Pineaux emprunte au merveilleux et à l'étrange. Peintre et illustratrice, elle s'est installée à deux pas de la forêt de Brocéliande, au coeur de la Bretagne. Un lieu inspirant et propice à la création explique l'artiste. "la Bretagne en général, est un pays d'eau et de brume. Et c'est peut-être pour ça que le merveilleux et le légendaire y a tellement trouvé sa place. Les frontières s'estompent en permanence entre le monde réel et le monde du rêve. Et peut-être que ça favorise le goût pour l'impression que le monde n'est pas tout à fait, tout le temps ce qu'il semble être et qu'il se cachent des choses. Qu'il y a d'autres dimensions derrière celles qu'on peut voir."
 

Sept fées et un miroir, aux eaux sombres et lisses


Alors précisément c'est sur les rives du Miroir aux fées, juste à l'entrée du Val sans Retour, que Séverine nous entraine. Un petit étang aux eaux sombres et lisses, niché au coeur de la forêt, car derrière la surface de l'onde, forcément il y a un récit. Une histoire de fées, celle de sept soeurs, qui vivaient sous l'étang retirées du monde des hommes, jusqu'au jour où la plus jeune, la plus curieuse, tomba amoureuse d'un homme..."
 
© Krystel Veillard - France Télévisions
© Krystel Veillard - France Télévisions
 

Une forêt, peuplée de légendes


Les légendes, les contes et les histoires sont partout à Brocéliande, alors qui mieux que Claudine Glot, écrivain, présidente et co-fondatrice du Centre de l'Imaginaire arthurien pour nous embarquer dans la vallée de l'Aff, "un site sauvage, resté intacte", nous dit-elle. "Elle réunit les piliers de la forêt, l'arbre, le rocher et l'eau. On y est bien serré, on se sent protégé et en même temps il y a l'inquiétude lié à ces lieux. Et puis ils changent tout le temps. Je ne sais pas d'un mois à l'autre ce que je vais retrouver". Des lieux, qui nous entraînent sur les pas de Lancelot, noble chevalier, personnage emblématique de la forêt bretonne. Le jeune homme grandit, éduqué par la fée Viviane, dans son royaume sous les eaux, au chateau de Comper, avant de rejoindra la cour du roi Arthur, où il rencontrera la reine Guenièvre. Une reine, dont il tombera éperdument amoureux en dépit de sa loyauté envers le roi.
 

Un amour interdit au fondement de la légende arthurienne


Un amour, nous raconte Claudine Glot, qui prendra forme, lors d'une fête en forêt sur les bords de l'Aff  "On dit que c'est ici, qu'il lui a avoué qu'il l'aimait, qu'ils ont échangé leur premier baiser et que sous un rocher, qui est un peu plus loin et qui s'appelle le Rocher glissant, ils auraient même passé une nuit ensemble." Cet amour interdit, à la base de la légende, prend racine au milieu des arbres, des roches, des mousses, de l'eau qui serpente, cet univers de mystères, où s'invente si bien les histoires.
 
Le baiser de Lancelot et Guenièvre / © DR
Le baiser de Lancelot et Guenièvre / © DR
 

Une histoire d'hommes et de femmes


"Ce qui m'interesse dans toute cette histoire de Lancelot, commente l'auteure, c'est la présence à égale importance des femmes et des hommes. Chacun jouant à tour de rôle, faisant le premier pas, ayant le plus d'importance, mais ne pouvant pas fonctionner l'un sans l'autre. Et je trouve que c'est une des belles leçons de la légende. Les femmes sont un peu trop secrètes, un peu trop tordues même quelquefois, on trouve les hommes un peu trop brutaux, un peu trop chevaleresques, mais au bout du compte, en mettant les deux ensemble, ça fait quelque chose qui n'est vraiment pas si mal et ça nous fait toujours rêver depuis huit siècles, c'est pas mal non plus..."
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus