Des cambrioleurs roumains interpellés en Roumanie après de nombreux méfaits dans le grand Ouest

Le parquet de Rennes a fait savoir ce mardi, qu'un groupe de cambrioleurs roumains, soupçonnés d'avoir commis de nombreux vols de matériel de chantier pour 1,3 million d'euros, avait été interpellé en Roumanie ces jours derniers.
L'agresseur présumé a été interpellé dès le lendemain des faits par les gendarmes et placé en garde à vue
L'agresseur présumé a été interpellé dès le lendemain des faits par les gendarmes et placé en garde à vue © AFP/Denis Charlet
Les interpellations ont eu lieu le 12 novembre dans la région de Ploiesti en Roumanie, dans le cadre d'une coopération judiciaires entre la France et la Roumanie. 

Les quatre suspects, deux hommes de 32 et 43 ans et leurs complices, deux femmes âgées de 37 et 62 ans ont été arrêtés par la police roumaine en présence de gendarmes de la Section de Recherches de Caen. En parallèle, 17 perquisitions étaient opérées au domicile de receleurs. De nombreux matériels dérobés en France ont été découverts.

"Cette organisation était soupçonnée d'avoir commis au total 17 cambriolages au préjudice de cabinets de géomètres, commis en Normandie, en Bretagne et sur l'ensemble du territoire national, pour un préjudice total de 1.300.000 euros, les derniers faits ayant été commis les 11 et 12 octobre 2020 dans le Loiret" précise le communiqué du procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc.

Les quatre mis en cause, recherchés dans le cadre de mandats d'arrêt européens, ont été présentés devant le procureur de Ploiesti. Les deux principaux auteurs ont été placés en détention provisoire et les deux femmes sous contrôle judiciaire dans l'attente de leur extradition vers la France.
    

Du matériel de géomètre 


L'enquête avait démarré après deux cambriolages, en septembre 2018, dans des sociétés spécialisées dans l'étude et l'ingénierie des sols, à Verson (Calvados) et Bain-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Le matériel dérobé, dédié aux travaux de géomètres était estimé à 260.000 euros.

Sous la direction du parquet de Rennes, l'enquête préliminaire avait été confiée à la Section de recherches de la gendarmerie de Caen et à l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI). Une information judiciaire avait été ouverte en octobre 2019 "des chefs d'association de malfaiteurs, de vol et recel en bande organisée" et confiée à la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Rennes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers