Cet article date de plus de 5 ans

Carburants : "pas de pénurie" en Bretagne

Pour la préfecture de zone de défense ouest, "Il n’y a pas de pénurie de carburant mais d’importantes capacités de réapprovisionnement". Les mesures de restriction alimentent les files d'attente et la "chaîne logistique" d'approvisionnement nécessite du temps pour un retour à la normale.
Ce samedi en Bretagne, nombre d'automobilistes ont passé du temps dans les files d'attente aux stations-service. La crainte de la pénurie de carburant plane depuis deux jours malgré le fait que les dépôts pétroliers de Lorient et de Vern-sur-Seiche près de Rennes ont été débloqués vendredi. Ce samedi, c'était la chasse à la station ouverte dans les quatre départements bretons.

LIRE: Pénurie d'essence : le plein de patience pour les automobilistes
durée de la vidéo: 01 min 55
La ruée sur les stations-services à Rennes


Une chaîne logistique qui met du temps à repartir

Dés vendredi en fin d'après-midi, les dépôts pétroliers débloqués ont vu une noria de camions-citernes venus remplir leurs cuves. Ce samedi, ce sont plus de 130 camions qui se sont présentés au dépôt de Vern-sur-Seiche, ouvert pour l'occasion de 5h à 19h. Il le sera dimanche pour tous les camions qui se présenteront.

Reste que "la chaîne logistique des approvisionnements a été perturbée par les blocages des dépôts et des camions-citernes étaient partis s'approvisionner dans d’autres dépôts de la région, ce qui a eu un impact sur le retour à la normale, le temps que des camions reviennent sur leurs sites habituels d’approvisionnement ou que les chauffeurs puissent reprendre la route" précise la préfecture de défense ouest.

Des stations sans carburant

Si certaines stations se retrouvent sans carburant, c'est qu'elle sont victime du vent de panique provoqué par le spectre de la pénurie et par le fait que malgré les restrictions de distribution (20 litres par véhicule par jour) imposées en Bretagne, de nombreux automobilistes n'hésitent pas à faire la queue plusieurs fois afin de remplir leur réservoir, par peur de manquer ou par nécessité pour se rendre au travail la semaine prochaine.

De plus, certaines stations-services ne peuvent se réapprovisionner, car engagées contractuellement via leur centrale d'achats avec d’autres dépôts pétroliers non débloqués.

Situation plus tendue dans le Morbihan et les Côtes d'Armor

La préfecture de défense ouest précise que les stocks sont variables d'un département à l'autre selon les sources habituelles d'approvisionnement. Les tensions les plus fortes se situeraient dans les départements des Côtes d'Armor, du Morbihan et de la Loire-Atlantique. Elle indique que des mesures ont été prises pour permettre d'acheminer du carburant vers les stations ce dimanche. Les stations ouvertes pourront être alimentées par les sociétés de transports qui ont l'autorisation de circuler pour continuer leur activité.

Reste que la situation peut se révéler très variable suivant l'heure à laquelle vous vous présentez à une station, en fin de cuve ou plus chanceux, juste après le passage d'un camion-citerne. D'ici lundi, tous ceux qui veulent prendre du carburant devraient pouvoir le faire. Il leur faudra par contre s'armer de patience.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie société