Changez-vous les idées… regardez les étoiles filantes

Vous êtes confinés depuis cinq semaines, vous ne trouvez pas le sommeil ? On a une bonne nouvelle, vous allez avoir de la visite toute la nuit : une pluie d'étoiles filantes à observer, si les nuages s'éclipsent, depuis vos balcons ou jardins. Distanciation respectable, 80 km.
© DECOUVRE TA NATURE/MAXPPP

A l'heure du confinement, voilà qui devrait vous changer les idées. Comme chaque année à la même époque, la pluie d'étoiles filantes des Lyrides revient nous rendre visite. Enfin une rediffusion grandeur nature, mieux qu'à la télé. 


Atmosphère, atmosphère...


Tous les ans entre le 16 et le 25 avril, la Terre sur son orbite coupe la trajectoire de la fameuse comète Thatcher, du nom de l'astronome amateur américain qui l'avait découvert lors de son dernier passage en 1861. 

"En passant près du soleil, explique Priscilla Abraham du Planétarium de l'Espace des Sciences à Rennes, cette comète a laissé derrière elle des particules, qui lorsqu'elles vont croiser la Terre vont venir percuter notre atmosphère, et se désintègrer, brûler pour nous offrir une pluie d’étoiles filantes…
 
"C'est un peu comme une voiture qui traverserait un nuage de moustiques, et qui verrait les insectes venir s'écraser sur le pare-brise, note Priscilla Abraham. Sauf qu'ici, c'est plus poétique, la collision avec les débris poussiérieux de la comète Thatcher produit des effets lumineux, des météores, qu'on baptise étoiles filantes pour le grand public... Comptez près de 50 km/seconde." 

 

Où regarder et à quelle heure ?


Les météores sont, si le ciel est dégagé, visibles à l’œil nu. Il faut regarder au Nord-Est, en direction de la constellation de la Lyre, d'où le nom de baptème de ces étoiles filantes de printemps, les Lyrides. 

Le pic d'intensité de ce phénomène aura donc lieu la nuit prochaine, celle du 21 au 22 avril. "On verra environ une dizaine de météores par heure. Elles sont un peu moins nombreuses que les Perséïdes du mois d'août", précise Priscilla Abraham 

"On peut mettre le nez à la fenêtre dès 22 h 30, et même en ville malgré la pollution lumineuse, on devrait pouvoir les apercevoir s'il n'y pas trop de nuages... Avec la possibilité d'y passer la nuit, en attendant pourquoi pas l'heure de pointe des météores juste avant l'aube demain matin. Les enfants peuvent en profiter, il n'y a pas d'école demain..."


"Le phénomène aurait été pour la première fois observé par les chinois il y a 2700 ans", indique encore la responsable du Planétarium rennais.

Quant à la comète de Thatcher, qui a pris l'habitude de faire son tour en 415 ans, elle ne reviendra donc nous rendre visite qu'en 2276. D'ici là, faites un voeu, nous serons déconfinés.    
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : envie d'évasion astronomie culture sciences espace