Coronavirus : quelques effets secondaires sur la consommation

Avec le coronavirus, nombreux sont ceux à avoir changé leurs habitudes de consommation, et particulièrement sur les achats alimentaires. Si des rayons de supermarchés sont ponctuellement vidés, les drive connaissent eux une forte augmentation de la demande, tout comme les produits surgelés.

 
Rayon de supermarché
Rayon de supermarché © JM Piron - France Télévisions

Sylvie Brault est préparatrice de commandes, dans un hypermarché de Châteaugiron, au sud de Rennes. Et depuis samedi dernier, elle travaille au pas de course. Il faut répondre à une nouvelle demande. La fréquentation du drive a en effet augmenté de 35%. Ce qui implique des volumes beaucoup plus importants, notamment pour les  conserves, les pâtes, le riz ou l'eau. Les clients, même habitués, achètent les produits de première nécessité en plus grande quantité. Un effet "panique" en lien avec l'épidémie de coronavirus, confirmé par la préparatrice : "Certains anticipent et commencent à faire des réserves par peur d'être confinés, s'ils ne peuvent plus sortir de chez eux."
 

Nouvelle organisation des supermarchés


Conséquences, l'organisation du drive a été adaptée. Impossible d'embaucher au pied levé, alors les salariés commencent plus tôt, finissent plus tard et dans les pics d'affluence des renforts viennent des autres services du magasins pour les aider. Pour ce qui des approvisionnement, Florian Crublet, le responsable du DriveU se veut rassurant : "Il n'y pas de pénurie. On est livré tous les jours, on met en rayon tous les jours. On force un peu les quantités lors des commandes. Mais nous sommes toujours livrés, il n'y a aucun souci là-dessus !"  Le drive, c'est aussi un moyen d'éviter les contacts en magasins. Depuis une semaine les clients sont donc plus nombreux que d'habitude à commander en ligne mais sans pour autant céder à la psychose.
 

Explosion des ventes de surgelés


Autre conséquence : l'explosion des ventes de surgelés, les légumes, la viandes et le poisson en premier lieu. Une enseigne de surgelés près de Rennes a ainsi doublé son chiffre d'affaire en quelques jours. "Beaucoup de nouveaux clients viennent chercher dans les produits surgelés une facilité de stockage et une sécurité alimentaire." commente ainsi  Damien De Bodman, gérant de magasins Ecomiam. Des produits emballés et 100% français. De quoi rassurer les consommateurs anxieux !

 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société consommation économie