Côtes d’Armor : Héléna conserve les clients de son restaurant… en chantant

A Callac dans les Côtes d’Armor, les patrons de "L’Auberge basque" ont décidé de ne pas baisser les bras face à la pandémie. Pendant tout le mois d'octobre, chaque dimanche, Héléna, ancienne chanteuse de casino, a remis le couvert. En offrant à ses clients... un tour de chant.   

© T.Brehier/ FTV
Depuis que le coronavirus s’est invité dans le paysage, "L’Auberge basque" de Callac, dans les Côtes-d'Armor, traverse comme tous les restaurants une période difficile.

"Finis les banquets, les groupes, les anniversaires. Le manque à gagner est énorme. Mais on a décidé de ne pas baisser les bras, expliquent Peïo et Héléna, les deux patrons du restaurant, respectivement 70 et 63 ans. 

Alors pour éviter que l'établissement ne dépose le bilan, Héléna, ancienne chanteuse de casino, a bien voulu reprendre le micro. Et assurer un tour de chant, pour ses clients.
 
A Callac, la patronne du restaurant retient ses clients ... en chantant

 

20 ans après, l'ancienne chanteuse de casino... remet le couvert

 
Dans une première vie, Héléna, fille de musiciens andalous, s'était offert une carrière de chanteuse. 35 ans à parcourir le monde, à enchaîner les récitals, sur les paquebots de croisières, dans les casinos, les grands hôtels.  Et puis un jour, elle a choisi de retrouver Peïo, l'amour de sa vie. Et tous les deux sont venus poser leurs valises en Bretagne, en ouvrant une auberge.  

"Jamais je n'aurais imaginé rechanter un jour," dit Héléna. Mais le coronavirus est donc passé par là, alors pour sauver son resto, elle a donc décidé de remettre le couvert, de reprendre le micro.

Je voulais redonner un coup de fouet à notre affaire. Je ne vais pas rester ici à faire mes foies gras jusqu'à 90 ans, mais j'aime encore mon travail. Alors...

Héléna, patronne de "L'Auberge basque" à Callac
 

Héléna : "Mes cheveux sentent un peu le canard… mais bon !"


Après s’être levée à l’aube, après avoir passé sa matinée aux fourneaux, servi ses clients, Héléna troque en fin de repas sa tenue de cuisinière pour ses habits de lumière.

Devant son miroir, elle met une fleur dans ses cheveux, ajuste son maquillage. 
 

Mes cheveux sentent un peu le canard et le cabillaud... mais bon, je mets un peu de "spray". Mon mari, il me dit "j'aime quand tu chantes, ça me donne une envie de vivre". Alors je le fais d'abord pour lui. Et pour booster l'affaire. Sinon, on serait au fond du trou. 

Héléna


Héléna commence alors son récital : une heure et demi à décliner les standards et les tubes : Piaf, Dalida, Liza Minelli, Whitney Houston, Céline Dion.... 

Les clients apprécient, Peïo aussi : "Je lui ai dit de chanter pour deux raisons : pour nous, et pour les gens. C'est un moment difficile. Tout le monde en a besoin"
 
Ce dimanche-là, dans le strict respect des contraintes sanitaires, le resto affichait complet. Mais pour cette année, Héléna va stopper ses tours de chants : "assurer la cuisine et le récital, c'est compliqué. Je n'ai plus 25 ans". 

Peïo sera désormais le seul à l'entendre chanter. Heureux homme.    
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie social