Bréhat : bientôt des produits laitiers élaborés sur l'île ?

Anne-Laure possède un petit cheptel sur l'île de Bréhat, prête à produire du lait localement. En reconversion professionnelle, elle aimerait pouvoir vendre ses produits laitiers et relancer ainsi une activité qui avait disparu de l'île aux fleurs. 

Anne-Laure a fait venir sept jersiaises sur l'île de Bréhat et aimerait vendre des produits laitiers sur place
Anne-Laure a fait venir sept jersiaises sur l'île de Bréhat et aimerait vendre des produits laitiers sur place © JM. Seigner - France Télévisions

Des produits accessibles uniquement aux habitants de l'île de Bréhat, comme du beurre, du lait, c'est l'ambition d'Anne-Laure Auffret, éleveuse de vaches. Après un parcours dans la restauration et l'hôtellerie, elle décide de se lancer dans l'agriculture, un choix guidé par une histoire familiale et une envie de changement. Sa mère et sa tante travaillaient autrefois le lait cru sur l'île. 

J'ai toujours participé aux travaux de la ferme familiale, au moment des foins, la traite, c'était une évidence

En 2019, elle suit une formation de responsable agricole et s'installe comme chef d'exploitation. Elle fait venir des bêtes, de l'île de Jersey "pour leur taux de rusticité et leur taux de matières grasses". Elle vise un troupeau de douze vaches, avec une traite au champs. "C'est moi qui vais aller les voir, tous les matins, directement, dans le champ", explique Anne-Laure.  

Pour concrétiser son projet, et boucler son financement, elle a besoin de soutien. Ce dernier doit permettre des travaux sur le bâtiment de transformation qu'elle souhaite occuper. Il s'agit aussi pour elle d'acheter du matériel, comme un tank à lait ou une baratte malaxeuse. Elle a organisé son exploitation de manière à travailler seule. 


Relancer une tradition sur l'île aux fleurs


Avec cette initiative, Anne-Laure reprend une tradition délaissée sur l'île, une production locale. "Beaucoup de gens sont ravis que ce genre d'activité reprenne, ils ont envie de savoir ce qu'ils ont dans leur assiette." 

J'ai envie de contribuer à ce qu'est Bréhat, les jolis paysages c'est aussi grâce à l'agriculture

Sur une île, "on ne peut pas se cacher. Les gens pourront voir comment je travaille", souligne-t-elle. "Les gens sont à la recherche de transparence, dans ce qu'ils consomment." 

Anne-Laure espère pouvoir démarrer son activité en mars prochain, "quand mes vaches auront vêlé."

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture animaux nature économie