Des tensions suite à une contre-manifestation lors de la visite du vice-président Reconquête ! à Chapelle-Neuve

Mercredi soir des tensions ont éclaté à Chapelle-Neuve, dans les Côtes-d'Armor, lors d'un rassemblement de militants d'extrême-gauche contre la venue du représentant du parti Reconquête !, Guillaume Peltier. Le parti d'Eric Zemmour s'oppose à l'accueil de familles de réfugiés à Callac.

Une centaine de manifestants s'est rassemblée, ce mercredi soir, à la Chapelle-Neuve, près de Callac, dans les Côtes-d'Armor, en réponse à la venue du numéro 2 de Reconquête !  Guillaume Peltier.

Un appel avait été lancé, sur les réseaux sociaux, par les mouvements d'ultra-gauche contre le dîner débat, dans le cadre de la tournée des régions des cardes de Reconquête!

Le parti d'extrême droite d'Eric Zemmour s'oppose au projet Horizon d'accueillir des familles de réfugiés. Le climat était tendu aux abords de la salle communale où se déroulait le diner-débat.

C'est juste accueillir des réfugiés, ce n’est pas la fin du monde

Une manifestante

En marge de la soirée, des tensions sont survenues entre les forces de l'ordre, qui ont eu recours au gaz lacrymogène, et les manifestants qui envoyaient des projectiles en direction de la salle. 

"La venue de ce représentant ne me fait pas vraiment plaisir. En Bretagne, jusqu'ici, on était relativement épargné par l'extrême droite. Depuis pas mal d'années il y a des réfugiés ici, ça ne posait pas de souci", reconnaît Maiwenn, militante du mouvement indépendantiste breton War-Sav (Debout), qui souhaite montrer sa solidarité envers les familles de réfugiés.

La jeune femme craint que le débat divise la population. Selon elle, "l'extrême droite fait monter en épingle un projet qui n'est pas si terrible que ça. C'est juste accueillir des réfugiés, ce n’est pas la fin du monde". De son côté, Sacha, militant du Collectif de Vigilance Antifasciste des Côtes d'Armor (CVA 22), dénonce une "instrumentalisation de l'extrême droite autour du projet".

"Nous voulons que la Bretagne reste Bretonne"

Le projet de rénover un ancien collège pour y installer des familles de migrants ne réjouit pas tous les habitants de cette commune de 2300 âmes. "Tout est fait sans demander l'avis des Callacois", estime Edwige Vinceleux, représentante du parti Reconquête dans les Côtes d'Armor, qui demande un référendum sur la question.

Guillaume Peltier complète : "On demande à ce que la population soit consultée, que ce soit un choix démocratique". "Il faudrait déjà que tous les Français aient de quoi vivre dignement avant de faire venir d'autres populations", ajoute Edwige Vinceleux.

"Ce projet, c’est la démonstration par l’absurde d’une politique menée par les différents gouvernements depuis 40 ans. Il est hors de question de continuer à laisser faire. Nous voulons des enfants dans nos campagnes, pas des migrants. Nous préférons investir dans des maternités, des hôpitaux et des écoles. Nous voulons que la Bretagne reste Bretonne", déclare le Vice-président du parti d'Eric Zemmour.

Le maire de la commune de la Chapelle-Neuve, Jean-Paul Prigent, se défend de toute organisation.

70 à 75 emplois non pourvus

L'objectif du projet Horizon est de faciliter l'intégration de réfugiés par le travail et revitaliser un territoire rural en perte d'habitant. Le maire de la commune, Jean-Yves Rolland expliquait que malgré les 18% de chômeurs "on a listé 70 à 75 emplois non pourvus, du mécanicien au maçon ou même au médecin".

Avec ce projet, l'idée est d'accompagner, sur plusieurs années, des réfugiés à qui l'Etat français "a accordé le statut de réfugié politique et qui bénéficient à ce titre d'une autorisation de séjour de dix ans", précise le maire de Callac. 

En septembre déjà, deux manifestations s'étaient déroulées : La première qui s'opposait au projet d'accueil de réfugiés. Et la seconde, organisée par des habitants de la ville et des partis de gauche, pour dénoncer les idées d'exclusion des opposants et défendre la tradition bretonne de solidarité.