• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Eolien en mer : Macron annonce une baisse de 15 milliards de subvention publique

Emmanuel Macron en visite au Cap Fréhel dans les Côtes d'Armor ce mercredi 20 juin, accompagné de deux ministres bretons, Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères (à gauche) et de Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire. Habillée d'une veste rouge, Claudine Belliard, la maire de Plévenon. / © AFP - F. Tanneau
Emmanuel Macron en visite au Cap Fréhel dans les Côtes d'Armor ce mercredi 20 juin, accompagné de deux ministres bretons, Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères (à gauche) et de Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire. Habillée d'une veste rouge, Claudine Belliard, la maire de Plévenon. / © AFP - F. Tanneau

Les professionnels des énergies renouvelables espéraient une annonce du chef de l'État sur l'éolien en mer. Emmanuel Macron a confirmé lors de sa visite au Cap Fréhel ce mercredi, les six projets d'éolien offshore ainsi qu'une baisse de la subvention publique et du prix de rachat de l'électricité.

Par Thierry Peigné


C'est au terme de sa visite au Cap Fréhel ce mercredi, première étape d'un voyage de deux jours en Bretagne, que le Président de la République a fait son annonce tant attendue par les professionnels du secteur. Une confirmation du résultat de plusieurs semaines de négociations avec les porteurs de projets des champs éoliens offshore.

Un gain de 15 milliards de subvention publique

L'annonce, le chef de l'État l'a faite juste après la présentation réalisée par le président du consortium Ailes Marines, porteur du projet du champ de 62 éoliennes au large de Saint-Brieuc.

"Je suis en mesure de vous confirmer la finalisation et l'accord qui a été obtenu pour ce projet, pour les six projets d'éolien offshore . La bonne nouvelle c'est tout d'abord qu'ils sont confirmés (...) puis que nous avons obtenu, parce que ces projets avaient été négociés il y a plusieurs années avec des conditions tarifaires et de subventions qui étaient totalement déconnectées des réalités actuelles du marché, et c'est normal et ce n'est la faute de personne. La négociation a permis de diminuer de 40% la subvention publique et d'avoir un ajustement des tarifs (de rachat de l'électricité produite sur ces parcs, NDLR) de 30%. Ce qui veut dire que l'on va économiser sur la période 15 milliards d'euros d'argent public pour les mêmes projets et la même ambition" a expliqué Emmanuel Macron devant les élus et industriels présents.

Parmi les six parcs concernés, trois sont développés par EDF, au large de Fécamp (Seine-Maritime), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et Courseulles-sur-Mer (Calvados), deux par Engie au large du Tréport (Seine-Maritime) et de l'île de Noirmoutier (Loire-Atlantique),  et un par l'espagnol Iberdrola (consortium Ailes Marines), près de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor).

Les tarifs de rachat accordés en 2012 et 2014 étaient compris entre 180 et 230 euros par mégawattheure produit, mais ces dernières années le coût de l'éolien en mer a fortement baissé en Europe, s'approchant à plusieurs reprises des 100 euros/MWh.

La menace du gouvernement

En mars dernier, le gouvernemental avait annoncé vouloir renégocier, à la baisse, les tarifs de rachat de l’électricité, retenus sur les six projets d'éolien offshore actuellement en cours sur les côtes françaises. Parmi ces six projets attribués entre 2012 et 2014, figurait celui de la baie de Saint-Brieuc.

Le gouvernement estimait que "les prix des parcs éoliens en mer ayant fortement baissé", l’État chercherait "à réduire le coût de soutien public des projets, tout en confortant la filière éolien en mer". L'amendement controversé du gouvernement avait été rejeté très largement par le Sénat.

L'État menaçait même d'annuler les projets afin de relancer un appel d'offres en cas d'échec des négociations avec les porteurs de projets.

L'annonce de ce jour du chef de l'Etat est donc un soulagement pour de nombreux élus et industriels. Alors qu'il existait un risque de repartir à zéro avec un nouvel appel d'offre et des années de perdues, l'aventure de l'éolien offshore semnle se poursuivre.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus