Covid, un an après. "Nous ne serions pas arrivés en Bretagne si nous n'avions pas autant déprimé pendant le confinement"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Benoit Thibaut

Il y a un an, le premier confinement a été très difficile à vivre pour Jessica et Fabien. Une vie à Maubeuge au milieu des tours HLM, loin de leurs rêves. La Covid a tout fait basculer. Les voilà avec leurs enfants en Bretagne, à la campagne. Ils reviennent pour nous sur leurs choix.  

Proche de Guingamp, dans une belle longère, une famille a le sourire en cette période de crise sanitaire. Jessica, Fabien et leurs enfants sont dans la période "lune de miel" avec leur nouvelle vie, en Bretagne. " On ne peut pas espérer mieux. On est au paradis, on habite en vacances. Là où nous prenions plaisir pendant une semaine ou deux chaque année, maintenant on le prend au quotidien. " 

On est au paradis, on habite en vacances.

Jessica et Fabien

 

Lorsqu'il y a un an, le confinement s'abat sur la France, pour cette famille du Nord, leur petite maison de ville se transforme en prison. Les quelques kilomètres autorisés pour les sorties quotidiennes se font à l'ombre des barres d'immeubles. Loin, bien loin du bord de mer et de leurs rêves de grand air.

Ce rêve, c'est de finir les prêts bancaires et de tout vendre pour partir. Un projet qui avait pour ligne d'horizon, 2026. Le confinement et la Covid a tout bousculé. Fabien, patron d'un tabac-presse, a vu son activité doubler. Son commerce "essentiel" a été pris d'assaut par les frontaliers ne pouvant se ravitailler en cigarettes belges. 

Une suractivité mal vécue, autant pour lui que pour sa compagne, doublé d'un sentiment de déprime profond.    

Le Covid a agi comme un déclic. Il fallait changer notre quotidien, partir.

Fabien et Jessica

Le déconfinement a rimé avec Bretagne. Fabien et Jessica prennent le vent d'ouest. Les petites annonces sont écumées à la recherche d'un éventuel salut. La famille souhaite que la vente de la maison permette d'ouvrir un gîte. Et quand on cherche, on trouve.

La pépite se cache près de Guingamp dans les Côtes d'Armor. Le couple craque. Ils n'attendront pas 2026.

 

Ici on va vivre avec moins, mais on sera plus heureux.

Jessica et Fabien

 

Le coup de coeur a plus compté que le coût financier. Le ménage comptait deux salaires, il n'en reste plus qu'un. "Aujourd'hui les sacrifices sont plus faciles. Les restaurants, cinémas et cafés sont fermés. Est-ce que l'on pourra faire autant de sorties qu'avant ? L'avenir le dira. On va changer notre mode de vie, on va privilégier les sorties au grand air ".

Aujourd'hui, le couple a ouvert un gîte pour deux personnes sur leur terrain. Un second pouvant accueillir de 4 à 6 personnes est presque prêt.

Nouvelle vie, nouvelle activité. Il fallait se lancer. Le couple est heureux de ne pas avoir attendu 2026 pour tout changer. Dans leur nouvelle maison de Louargot, ils ont découvert un trésor: le temps. 

On a retrouvé du temps. Et dans le regard des enfants, je vois que cela compte.

Fabien

Jessica et Fabien ont deux enfants, Chloé et Léo. Ce changement de vie, indispensable, ils ne l'ont pas fait que pour eux. Avant tout, c'est pour leurs enfants. "Le contexte social et économique de Maubeuge est difficile. Ce cadre de vie nous n'en voulions plus pour nos enfants. Le matin, je partais pour 5 heures, et je rentrais en fin d'après-midi. Maintenant je me réveille auprès de mes enfants, les repas, l'école... je participe. Je vois dans leurs yeux que cela compte."   Fabien ressent ce changement comme une bénédiction. Chloé le raconte avec ses mots.

Jessica sait que la bascule pour ses enfants n'est pas encore totalement faite. Laisser les copains de classe n'a pas été facile. Alors la maman lance des invitations pour que ses enfants s'épanouissent autant qu'eux. Et c'est sur le bon chemin. Léo a déjà invité du monde et Chloé peut compter sur de belles surprises. Comme un grand, Léo raconte son départ de Maubeuge, les copains qui manquent et les nouveaux qu'il a rencontré. 

Aujourd'hui le couple a ouvert un gîte pour deux personnes sur leur terrain. Un second pouvant accueillir de 4 à 6 personnes est presque prêt.

Jessica sillonne les environs pour proposer aux visiteurs les bons coins qu'elle découvre. Marchés, brocantes, rando à pied ou en vélo, balades en bord de mer, la liste des activités est longue pour qui aime le grand air. 

Le portrait de Jessica et Fabien par Juliette Vincent-Seignet et Vincent Bars.  

  

Soignants, malades, commerçants, employés de supermarché, artistes, élus ou encore parents : nous les avions rencontrés il y a un an. Aujourd’hui ils nous racontent leur année Covid. Pour les découvrir, cliquez sur un point, zoomez sur le territoire qui vous intéresse ou chercher la commune de votre choix avec la petite loupe.