D'ici quelques heures, cette éleveuse bretonne sera peut-être élue Miss France... agricole

Loin des strass et des paillettes du concours de beauté Miss France 2024 qui se déroule lui aussi ce samedi 16 décembre, un tout autre concours devrait rendre son verdict ce soir sur les réseaux sociaux. La Costarmoricaine Dorothée Kergoat fait partie des finalistes du concours de Miss France agricole. Éleveuse de veaux de boucherie, très engagée dans son métier, elle y voit l'occasion de mettre en avant ses valeurs et pratiques.

Pas de défilés en bikini ou de portrait vidéo tournés sur une île paradisiaque. Les candidates du concours de Miss France agricole se présentent à l'œuvre sur des tracteurs, dans des prairies ou des étables, le tout tourné avec les moyens du bord. 

À lire aussi : Miss France 2024. "Le stress et l’adrénaline commencent à monter." Noémie Le Bras, la miss Bretagne, à quelques heures d'une nouvelle vie

Le concours s'est déroulé en deux temps : les candidates ont d'abord dû publier une photo et un texte pour se présenter. Celles ayant reçu le plus de "likes" ont été sélectionnées et invitées à se présenter en vidéo. Un jury élira ce soir celle qui représentera, cette année, l'ensemble du monde agricole. 

Dorothée Kergoat, éleveuse de veaux de boucherie à Plounévez-Moëdec, a fini seconde au concours de "likes". Elle a choisi de se prendre en photo au volant de son pulvérisateur pour se présenter aux internautes. 

Fille et petite-fille d'agriculteurs, Dorothée a "conduit le tracteur dès l'âge de cinq ans." C'est pourtant vers le commerce de produit phytosanitaire qu'elle commence sa carrière. Mais lorsqu'elle rencontre Nicolas, son futur mari, lui-même éleveur, l'appel de l'agriculture est plus fort. Installée en 2016, elle ne reprend pas la ferme familiale, mais en rachète une autre avec son époux.

Ils lancent alors ce qui deviendra un élevage de veaux de boucherie de 1 000 têtes, l'un des plus importants de la région.

Ils exploitent aussi deux poulaillers, 160 hectares de cultures et 250 m² de panneaux photovoltaïques. Engagés en agriculture raisonnée depuis deux ans, elle travaille à limiter l'usage de produits phytosanitaires et son impact sur l'environnement, mais revendique le fait de "produire beaucoup, pour le plus grand nombre".  

"Ce qui m'a motivée à participer à ce concours, c'est de mettre en avant l'agriculture conventionnelle, raisonnée. Je trouvais que ce type de pratique n'était pas assez représentée dans le panel de candidates qui étaient souvent assez jeunes dans le métier, en agriculture biologique et avec des petites productions. Cela ne représente pas vraiment la majorité des exploitations." 

Dorothée Kergoat

Eleveuse de veaux de boucherie

Une façon aussi de rappeler que les femmes ont désormais toute leur place dans ce métier quel que soit le mode de production. "On sait tout faire, on est partout, aussi bien à la compta, que sur le tracteur ou dans le soin des animaux." Dorothée a aussi un mandat au sein de la Safer, la Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural. 

À lire : Jugon-les-Lacs : sur les réseaux sociaux, Nadine donne la parole aux agricultrices

Comme le concours de beauté Miss France, l'agricultrice lauréate aura un important devoir de représentation sur tous les salons professionnels. Une occasion en or pour rencontrer d'autres agriculteurs et agricultrices, mais aussi beaucoup de temps à consacrer à ce mandat représentatif. 

Pour Dorothée, peu importe désormais le résultat : "J'ai rencontré des éleveurs de tous horizons et cela m'a déjà beaucoup apporté."

L'expérience lui a aussi permis de se familiariser davantage avec les réseaux sociaux. "Sur environ 700 commentaires, seuls cinq étaient vraiment négatifs, me traitant d'assassin d'animaux." Pas de quoi effrayer la jeune agricultrice qui tient à garder ouvert le débat, quel que soit l'interlocuteur. "Nous les agricultrices, nous avons un rôle à jouer. Nous sommes plus douces, moins dans le conflit. C'est important pour communiquer sur notre métier.

Le nom de la Miss France agricole 2024 sera annoncé ce samedi 16 décembre à 21 h 30 sur la page Facebook de l'association à l'origine du concours. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité