• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La décision de fermer la maternité de Guingamp est suspendue

La manifestation du 5 mai 2018 pour le maintien de la maternité de Guingamp avait rassemblé près d'un millier de personnes / © France 3 Bretagne - M.A. Mouchère
La manifestation du 5 mai 2018 pour le maintien de la maternité de Guingamp avait rassemblé près d'un millier de personnes / © France 3 Bretagne - M.A. Mouchère

La fermeture de la maternité de Guingamp n'est plus à l'ordre du jour. Une décision qui fait suite à la venue d'Emmanuel Macron en Bretagne ces 20 et 21 juin.

Par Sylvaine Salliou


Ce vendredi matin, les conseillers régionaux de Bretagne ont appris que la décision de fermer la maternité du centre hospitalier de Guingamp était suspendue. C'est Loïg Chesnais-Girard, le président de la Région qui l'a annoncé en début de session du Conseil Régional de Bretagne, ce vendredi matin. Les conseillers régionaux devaient voter un vœu pour demander le maitien de cette maternité, voeu qui a donc été écarté de l’ordre du jour. Loïg Chesnais-Girard nous explique que les élus et les professionnels allaient retravailler le dossier, car 500 naissances par an, "c'est viable". Reste le problème des médecins difficiles à recruter.


Ce retournement de situation fait suite à la venue du président de la république en Bretagne cette semaine. Emmanuel Macron a en effet dîné avec des élus de la région de Guingamp, mercredi midi et aurait entendu les arguments des uns et des autres. Philippe Le Goff le maire de Guingamp faisait partie des invités, il se réjouit de cette nouvelle.  

Une très bonne nouvelle


Annie Le Houérou, ancienne maire et députée de Guingamp se félicite aussi de cette annonce. Elle explique que le président a compris que "la décision de fermer la maternité de Guingamp avait été prise trop rapidement et sans prendre en compte de la réalité du territoire et des conditions de sécurité pour les patients". 

L'Agence Régionale de Santé avait annoncé la fermeture du service pour la fin janvier 2019 au motif qu'il manquait de renforts médicaux sur certaines professions telles que pédiatrie et anesthésie. Plusieurs manifestations avaient été organisées à Guingamp. 


A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus