[ARCHIVES VIDEOS] Les coupes de l'En Avant de Guingamp : l'histoire du grand club d'une petite ville

Mustapha Yatabare porte la Coupe de France à une fenêtre de la mairie de Guingamp devant les supporteurs après la victoire en 2014. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Mustapha Yatabare porte la Coupe de France à une fenêtre de la mairie de Guingamp devant les supporteurs après la victoire en 2014. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Fondé en 1912 par un directeur d'école laïc guingampais, l'En Avant est longtemps resté un club à portée régionale. Il a grimpé les échelons vers l'élite du football français sous la présidence de Noël Le Graët, aujourd'hui président de la FFF.

Par Corentin Bélard

Si Guingamp n'a jamais remporté la Ligue 1, le club des Rouge et Noir peut se targuer d'avoir déjà gagné deux Coupes de France, en 2009 et 2014, face à l'éternel rival aux mêmes couleurs : le Stade Rennais FC.

L'épopée guingampaise commence en 1973. Cette année-là, l'En Avant de Guingamp atteint les huitièmes de finale de la Coupe de France : il perd face à Rouen 5 à zéro. Mais l'exploit est bien là, ce club qui évolue alors en Division supérieure régionale réussit à battre quatre équipes professionnelles en coupe. Les grands titres nationaux parlent de cette petite ville de moins de 10 000 habitants qui se place dans la cour des grands. 


Noël Le Graët, président providentiel

Cet exploit intervient la première année de présidence de Noël Le Graët. À tout juste 30 ans à l'époque, ce jeune représentant de commerce souhaite dynamiser le club et l'emmener durablement chez l'élite.

Puis c'est l'ascension fulgurante. En l'espace de quatre ans (de 1973 à 1977), le club est passé d'une division régionale au monde professionnel. Sans opérer de changements : ce sont les mêmes joueurs qui ont poussé le club vers la crème de la crème du football français.

Un homme providentiel arrive au club : Raymond Keruzoré. Ce technicien, pur produit breton, amène son club sur les marches du podium de Division 2. L'EAG est huitième en 1984, cinquième en 1985, troisième en 1986. 

Les compétitions professionnelles nécessitent des infrastructures plus importantes. Noël Le Graët inaugure le nouveau stade du Roudourou en janvier 1990, un an avant de quitter la présidence du club pour celle de la Ligue de Football Professionnelle.
Guingamp, une équipe de coupes
Retour sur le palmarès de l'En Avant de Guingamp
 

Les années 1990, début de la gloire 

Les années 1990 seront dorées pour Guingamp. Relégués en National (D3) en 1993, il ne faudra que deux ans aux Rouge et Noir pour accéder pour la première fois à l'ultime division, en battant le Toulouse FC en mai 1995.

Pour leur première saison en Ligue 1 en 1995-96, Guingamp s'adapte très vite au style de jeu, le club est même leader à égalité avec le Paris Saint-Germain dès la cinquième journée ; ils finiront à la dixième place. Cette même saison, Guingamp atteint même les demi-finales de la Coupe de Ligue.

La première coupe remportée par le club n'est pas française mais européenne. En 1996, il remporte la Coupe Intertoto (compétition entre les meilleurs clubs européens non qualifiés en Ligue Europa ou Ligue des Champions) face au club russe de Volgograd, ce qui lui ouvre les portes de la Coupe UEFA, la Ligue Europa des années 1990. La Coupe UEFA tournera court, Guingamp est éliminé en 32e de finale par l'Inter Milan.
 
L'année suivante, Guingamp retrouve l'OGC Nice en finale de la Coupe de France, mais l'EAG perd la rencontre.

Avec le retour de Noël Le Graët comme président en 2001, l'année est exceptionnelle. Guingamp finit septième de Ligue 1, à trois points de la qualification pour la Ligue des champions et à six points du titre de champion de France.
Les années suivantes seront plus tristes : le club, relégué, peine à retrouver l'élite.
 

Deux Coupes de France en cinq ans

La saison 2008-2009 s'annonce peu concluante en championnat : le club termine treizième de la Ligue 2. Mais c'est aussi l'année du premier sacre ! À la surprise générale, l'En Avant bat le Stade rennais FC, lors d'une finale 100 % bretonne sur victoire 2 buts à 1 (doublé de Eduardo Ribeiro dos Santos) en finale de Coupe de France 
Cette coupe leur octroie une place en Ligue Europa, mais les Guingampais sont battus par Hambourg lors des deux rencontres.
 
Le début des années 2010 est marqué par l'arrivée de l'entraîneur actuel, Jocelyn Gourvennec en 2011. Le technicien ramène le club en Ligue 1 dès 2013.
La belle année sera 2014. Tel un remake, les Guingampais affrontent de nouveau le Stade Rennais en finale de la Coupe de France. Les Costarmoricains remportent une nouvelle fois la mise et apportent une nouvelle coupe au compteur.
 

2019 serait-elle une année comparable à 2009 ? Dix ans après, malgré de mauvais résultats en championnat, les Guingampais se retrouvent une nouvelle fois en finale d'une Coupe. De la Ligue cette fois, mais Strasbourg peut trembler. Le petit poucet armoricain a de quoi tenir d'Astérix, l'irréductible Gaulois.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Anaëlle Cardin, directrice de l'école Madeleine à Guingamp

Les + Lus