Guingamp-Paimpol : pas de permis de construire tant que l'assainissement des eaux usées n'est pas amélioré

Face à la vétusté du réseau d’assainissement des eaux, le préfet bloque les nouvelles demandes de permis de construire dans 18 communes de l’agglomération Guingamp-Paimpol.

Les eaux usées et les eaux pluviales se mélangent dans la station d'épuration de Pont Ezer à Guingamp. Le trop-plein s'écoule dans le Trieux par fortes pluies.
Les eaux usées et les eaux pluviales se mélangent dans la station d'épuration de Pont Ezer à Guingamp. Le trop-plein s'écoule dans le Trieux par fortes pluies. © Maïna Sicard-Cras-France Télévisions

Coup d’arrêt sur les permis de construire dans une partie de l’agglomération Guingamp-Paimpol (GPA). Cette décision préfectorale, tombée il y a un mois, concerne 18 des 57 communes : le littoral autour de Paimpol, Pontrieux, Bégard et Guingamp. En cause, un réseau d’assainissement des eaux vieillissant et inefficace.

Les réseaux eaux de pluie et eaux usées se mélangent

Face à la station d’épuration de Pont Ezer à Guingamp, Dominique Le Goux, animatrice de l’association Eau et Rivières des Côtes d’Armor explique : "Peut-être que la station est suffisamment grande pour les effluents mais on récupère beaucoup d’eau de pluie."

Et cette eau de pluie se mélange aux eaux usées. Résultat : les canalisations débordent et rejettent des eaux usées dans le Trieux environ 90 jours par an lors des périodes les plus pluvieuses, selon Eau et rivières.

La préfecture bloque les demandes de permis de construire

La décision de la préfecture a donc été de stopper la délivrance de nouveaux permis de construire. Une façon de freiner l’augmentation de la population tant qu’un traitement correct des eaux usées ne sera pas garantie.

"Il convient ainsi d’être attentif à la conformité des systèmes d’assainissement et au respect des exigences européennes relatives à la collecte et au traitement de ces eaux (…) Les freins à l’urbanisation, examinés au cas par cas, constituent ainsi une protection de l’environnement dans l’attente d’une mise aux normes des systèmes de traitement", a indiqué la préfecture dans un communiqué.

La réponse des élus de l'agglomération

De son côté Rémy Guillou, vice-président de Guingamp-Paimpol Agglomération, assure que les élus en ont conscience : "Nous avons pris le taureau par les cornes et lancé un plan d’action depuis 2017. 18 millions d’euros vont être investis en 2021."

Les élus demandent donc au préfet de"trouver une solution intermédiaire qui ne bloque pas le développement économique de leur territoire le temps que ces travaux bien engagés soient réalisés."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement pollution