REPORTAGE. "Je suis obligé de refuser du monde". La maison du Père-Noël existe, elle est dans les Côtes-d'Armor

durée de la vidéo : 00h02mn10s
Le reportage de Jean-Marc Seigner, Karine Hannedouche, Clément Bataillon ©France 3 Bretagne

Depuis onze ans, la maison du père Noël se visite dans les Côtes-d'Armor. Un couple de passionnés ouvre le lieu au public chaque soir de décembre. Et il ne désemplit pas.

Chaque année, à l'approche de Noël, il y a un air de pôle Nord à Bégard dans les Côtes-d'Armor. La maison de Christian et Christiane Prod'homme se pare des couleurs de Noël et regorge d'objets de décorations.

Le couple est encore en pleins préparatifs : "Tu penses que les boules, là, ça va ?", demande Christian Prod'homme. "Oui, ça ira très bien avec la lumière", lui répond son épouse.

Une passion d'enfance

Des retouches indispensables avant la tombée de la nuit. Depuis onze ans, le couple ouvre sa maison au public de 17h30 à 19h30. D'année en année, le succès ne se dément pas : environ 3 000 visiteurs viennent admirer les multiples illuminations qui ornent différents décors. "C'est toujours aussi beau, on ne se doute pas qu'il y a un endroit comme ça, qui évolue d'année en année" sourit Anaïs Quéméner, venue en voisine pour la troisième fois.

À la retraite, je me suis dit que je me ferais plaisir, ainsi qu'à mon épouse et à ma famille

Christian Prod'homme

Apprenti lutin du Père Noël

Pour l'apprenti-lutin du père Noël, cette passion dévorante remonte à l'enfance. "Mes parents étaient gardiens de château, je n’ai pas été gâté pour Noël, je n'ai pas du tout connu ça dans mon enfance, raconte-t-il. C'est à la retraite que j'ai vraiment pu faire ce que je voulais."

Des illuminations par centaines

Christian Prod'homme se renouvelle tous les ans. "L’année dernière, c’était le Brésil avec la Coupe du monde de football, avec perroquets et hamacs" se rappelle-t-il.

Les personnes qui viennent aiment avoir de la nouveauté sinon ce n’est pas drôle

Christiane Prod'homme

Passionnée de Noël

Cette année, il a même fallu s'adapter aux éléments. "Avec la tempête Ciaran, on a eu beaucoup de branches, donc je me suis dit, pourquoi ne pas faire une crèche vraiment sauvage, naturelle ? Et de l’avoir faite comme ça, même moi, je suis satisfait" se félicite-t-il.

Le retraité réfléchit à ses décors depuis le mois de juillet. Le résultat : un voyage dans différents univers, comme le pôle Nord ou l'Afrique, éclairés par des dizaines, si ce n'est des centaines d'illuminations. 

Le couple, passionné de brocantes et de vide-greniers, a aussi consacré toute une véranda à l'école. "On a acheté un bureau ancien au printemps, donc on est parti de là" relate Christian Prod'homme, tout en allumant une lampe, restée éteinte, cachée dans une accumulation d'objets.

Le plaisir de faire partager sa passion se lit sur le visage de Christian Prod'homme, qui s'improvise guide pour les nombreux visiteurs du soir. "Franchement, on pourrait rester ouverts encore plus tard, je suis obligé de refuser des gens, se réjouit-il. Mais je suis pressé aussi de rentrer cuisiner les bons plats de Noël." 

(Avec Jean-Marc Seigner)