Le retour du tilde fait le bonheur des parents du petit Awen Fañch

Les parents d’un petit garçon ayant Fañch pour deuxième prénom, né le 15 avril à Pabu (Côtes d'Armor), n'avaient pas eu le droit d’enregistrer le prénom de leur fils avec un tilde sur le ñ à l’état civil. Ils ont reçu un nouvel extrait d'acte de naissance où figure le fameux tilde.

Un caractère qui fait toute la différence
Un caractère qui fait toute la différence © M. Le Morvan - France Télévisions
Heureux. Ils sont heureux les parents du petit Awen Fañch.
Dans leur boîte aux lettres, ils ont reçu un courrier, ce jeudi 7 au matin, avec un nouvel extrait d'acte de naissance. Et cette fois le n de Fañch a retrouvé son tilde. 
 
"Nous sommes ravis que le maire ait pris cet engagement. C'est un acte de bon sens et de respect", explique, toute émue, la maman du bébé, âgé maintenant de trois semaines. "C'est important de respecter ce que les gens sont, et de respecter leur langue".


Une initiative du maire


C'est en effet le maire de Pabu (Côtes d'Armor) qui a pris l'initiative de rédiger ce nouveau texte, avec l'orthographe voulue par les parents. "Le Procureur de la République peut encore l'annuler", reconnait Pierre Salliou, "mais espérons que l'histoire s'arrête là. Il y a sûrement plus urgent à traiter que cette polémique par les temps qui courent".

 

Petit rappel des épisodes précédents. Pour leur premier bébé, un petit garçon, ce couple guingampais souhaitait donner, en deuxième prénom, celui du grand-père paternel, Fañch.


Le respect de la loi


Né le 15 avril dernier à la maternité de Guingamp, le petit Awen Fañch a donc été déclaré à l'état civil de Pabu où se trouve le centre hospitalier.
Sur la déclaration de naissance, les parents avaient bien orthographié Fañch avec un "ñ" couronné de son tilde. Mais sur l'acte officiel que leur avait adressé dans un premier temps la mairie de Pabu, le tilde avait disparu.
Une omission faite dans le strict respect de la loi mais une omission aujourd'hui réparée selon le souhait des parents.
 
"Je ne sais pas si le feuilleton est fini", avoue la maman d'Awen Fañch. "Mais s'il le faut, nous sommes prêts à aller au tribunal. La meilleure solution serait que le décret promis par la Ministre de la Justice soit enfin édicté, ce serait vraiment la meilleure des choses". Après le tilde, c'est le point final à cette histoire qui serait mis au bon endroit.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture bretonne culture culture régionale polémique société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter