"Ça sent le sapin !" L'inquiétude des élus face à la fermeture la nuit des urgences de l'hôpital de Lannion

Depuis des mois, il est au plus mal. Le service des urgences de l'hôpital de Lannion est régulièrement fermé durant la nuit, faute de personnel. C'est à nouveau le cas depuis le 1ᵉʳ mars. Une situation qui inquiète dans le Trégor, d'autant qu'elle pourrait se dégrader encore davantage. Les élus ont choisi une nouvelle fois d'alerter.

C'est un problème récurrent depuis l'année dernière et qui mobilise régulièrement élus et habitants. Le 13 janvier dernier, 2000 personnes manifestaient dans les rues de la ville. L'avenir des urgences de l'hôpital de Lannion s'écrit en effet en pointillé. Dans cet hôpital, le service des urgences est de plus en plus souvent fermé durant la nuit. Des interruptions du service qui se sont prolongées durant l'été, en 2023. Et depuis le 1ᵉʳ mars 2024, c'est à nouveau le cas et pour au moins quatre mois.

À Lire aussi : "Veuillez déclarer votre problème entre 8h et 19h" : les urgences de Lannion fermées la nuit, 2 000 personnes manifestent

Des dysfonctionnements du service aussi dans la journée

Cette fermeture la nuit des urgences signifie que les patients doivent être orientés, via le 15, en direction de Saint-Brieuc, Guingamp ou Paimpol, dont les hôpitaux disposent encore de services d'urgence en fonctionnement, plein et entier. Une situation qui inquiète particulièrement les élus locaux, d'autant qu'à ces fermetures la nuit, s'ajoutent des dysfonctionnements du service dans la journée. "Ça sent le sapin ! S’indigne ainsi Jean-Louis Even, le maire de la Roche Jaudy, on a un accès plus facile et plus direct aux morgues et aux entreprises des pompes funèbres qu'aux espaces pour se faire soigner !" 

durée de la vidéo : 00h00mn31s
L'interview de Jean-Louis Even, maire de la Roche-Jaudy (22) ©Catherine Bazille et Jean-Marc Seigner - France Télévisions

À Lire aussi : Manque d'effectif à l'hôpital de Lannion : les urgences de nuit de nouveau régulées

Une situation intenable pour les élus, dans un bassin de population qui peut atteindre jusqu'à 150 000 personnes l'été. 

(Avec Jean-Marc Seigner et Catherine Bazille)