• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le marché au porc breton ouvrira mardi

La salle de cotation du Marché du Porc Breton à Plérin (22) vide depuis trois séances / © C. Bazille
La salle de cotation du Marché du Porc Breton à Plérin (22) vide depuis trois séances / © C. Bazille

A l'issue de la table ronde ministérielle sur la crise porcine, le président du Marché du porc breton (MPB) Daniel Picart a indiqué lundi que la cotation reprendrait mardi mais sans Cooperl et Bigard, les deux acheteurs à l'origine du bras de fer avec les éleveurs.

Par T.P. avec AFP

"Nous affecterons les quotas de Cooperl et Bigard et nous verrons bien. Notre problème était que (...) d'autres s'étaient déjà proposé pour nous faire un prix. Il n'en était pas question. Nous restons, et nous tenons à faire ce marché" qui est la "meilleure protection pour tous les éleveurs", a précisé le président du Marché du porc breton (MPB) Daniel Picart. Ce dernier a admis que "la mécanique du marché peut faire descendre le prix en dessous de 1,40 euro". "Le règlement du marché va nous donner une barre de retrait qui nous servira à démarrer la cotation et on verra en fonction des enchères quelle barre, quel seuil ou quel prix on va obtenir", a-t-il expliqué.

Descendre sous la barre de 1,40 euro "n'est ni le souhait du marché ni le souhait des personnes autour de la table aujourd'hui, donc je ne pense pas que ce seuil soit percé par le bas", a-t-il estimé. 

Vers une évolution du système de fixation du prix du porc

"Un certain nombre de discussions vont s'engager, dès la semaine prochaine pour la mise en place d'une évolution du système de fixation du prix, notamment par l'adaptation partielle du fonctionnement du marché du porc breton", a déclaré de son côté Guillaume Roué de l'Inaporc, qui espère ainsi des "relations un peu plus sereines entre les différents maillons de la filière".

La table ronde qui se tenait lundi après-midi rassemblait les représentants des éleveurs et les responsables du MPB, où s'établit le prix de référence national du porc, autour du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, pour tenter de résoudre la crise du Marché du porc breton dont la cotation était interrompue depuis lundi dernier, les deux principaux acheteurs refusant de payer le prix convenu de 1,40€ le kg.

Des promesses avant tout

Selon Daniel Picart, il est sorti de cette réunion principalement "des promesses" mais "le fait nouveau est la prise en considération normale et logique du marché du porc breton".

A lire aussi

Sur le même sujet

Fabian Lahaie, avocat des familles.

Les + Lus