bretagne
Choisir une région

Il contribue sans doute à faire de nous ce que nous sommes.... Un lycée, ce sont des copains-copines, des profs, des surveillants... nous y vivons, y avons vécu... ri, bossé, construit, fait les 400 coups, aimé, triché, espéré... c'est l'univers des jeunes aujourd'hui. Un lieu, dans tous les cas, qui marque des années clés de notre vie, le passage de l'enfance à l'âge adulte. Un environnement, que nous détestons, avons quitté sans regret, ou au contraire, où nous nous épanouissons ou dont nous sommes toujours nostalgiques... Plongeon en classe. Sac à dos ou sacoche en bandoulière, cigarette entre les doigts et portable dans l'autre main... Immersion au lycée Kerraoul à Paimpol, dans les Côtes-d'Armor, qui pourrait être n'importe quel établissement.

L'internat et la cantine du lycée Kerraoul à Paimpol / © K. Veillard - France 3 Bretagne
L'internat et la cantine du lycée Kerraoul à Paimpol / © K. Veillard - France 3 Bretagne

 

Le lycée : trois années, qui vont changer leur vie


Le lycée Kerraoul, est posé dans un parc à proximité du bord de mer. Ce bâtiment de béton, construit en 1974 par l'architecte Louis Arretche, combine des formes géométriques, un peu tristounettes, heureusement égayées par la lumière rentrant à plein par les vitres. Un endroit où tous nos interlocuteurs nous confieront, qu'il fait plutôt très bon vivre.

Le lycée Kerraoul de Paimpol / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Le lycée Kerraoul de Paimpol / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne


Un lycée avec beaucoup de filles


Pour commencer, Kerraoul est un établissement polyvalent, ça veut dire qu'il accueille à la fois des élèves de filières générales, L, ES et S mais aussi des filières techniques. Il est en effet labellisé "lycée des métiers du sanitaire et social", avec des CAP, des bac pro, et des BTS. Une spécialisation qui a pour conséquence un taux de féminisation important, en effet 80% des 700 lycéens, sont des lycéennes. C'est aussi l'un des plus petits lycées de l'Académie, il comporte encore un internat, accueillant 115 élèves environs.


Des pauses entre les cours


La vie du lycéen, comme partout, ce sont d'abord les cours. La classe, le prof au tableau, qui déroule les chapitres. Écouter, comprendre, prendre des notes... parfois ça va très vite, et puis d'autres fois, ça n'en finit plus de finir. Les notions s'enchaînent, s'empilent, il faut ingurgiter des programmes, souvent costauds. Heureusement il y a les inter-cours pour souffler, il faut changer de salles, le temps d'une cigarette pour certains, et toujours les discussions interrompues, qui reprennent de plus belles.

Ecouter, comprendre, prendre des notes / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Ecouter, comprendre, prendre des notes / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne


Des élèves futurs citoyens


Le lycée, c'est un lieu de vie, et les élèves s'y engagent aussi. Au lycée Kerraoul, on favorise cette responsabilisation des élèves. Incités fortement à se prendre en charge pour décider eux-même de ce qu'ils veulent faire de leur établissement. Ils sont chargés de l'animation du foyer, de gérer la maison des lycéens, de participer au conseil de vie lycéenne, qui organise les sorties, les événements, la journée des talents, le bal ou la fête du lycée. Des engagements, qui participeront aussi pour beaucoup à leur construction et à ce qu'ils deviendront... des citoyens.

Moment de pause entre deux cours / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Moment de pause entre deux cours / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne


L'orientation, pour préparer l'après lycée


Et puis trois fois dans l'année, il y a le conseil de classe, moment crucial dans la vie de l'établissement, auquel assistent deux représentants des élèves. Là, au cas par cas, les notes sont auscultées, les objectifs de chaque lycéen sont appréciés au regard de ses résultats et compétences, et d'autant plus en terminale. Car, faut-il le rappeler, le lycée, c'est aussi fait pour préparer l'après. Et le conseil de classe, constitue une étape clé de l'orientation. L'orientation vers le début d'une vie nouvelle, la fin de l'enfance... et une histoire encore à écrire...


La vie au lycée Kerraoul : du côté des élèves
un reportage au lycée Kerraoul de Paimpol (22) de Krystel Veillard, Philippe Queyroux, Dominique Dallemagne, Pierre-Yves Cheval et Jean Le Quiniou Interviews : Mathilde Tartault, élève en terminale ES – Alice Chapalain, élève en terminale ES - Lola Donval, élève en terminale ST2S – archives de 1964 - Golf de Boisgelin à Pléhédel (22)

 

Enseigner, entre frustration et satisfaction


Cours d'histoire, d'économie, ou cours de bio-chimie pour des sections technologiques... quand on est du côté du tableau, à la place de l'enseignant, l'objectif expliquent ceux-ci, c'est de "stimuler l'intérêt les jeunes". Leur "transmettre un savoir, des connaissances, pour qu'ils puissent mieux comprendre, appréhender le monde dans lequel ils évoluent". Leur apporter également les compétences, pour qu'ils s'adaptent le mieux possible à leur vie professionnelle future, notamment pour les sections technologiques. Sans oublier les savoirs-être et le respect. Tout ça pour les faire grandir, les aider à passer un cap. Une belle et grande mission, pas si compliquée à Kerraoul, petit établissement plutôt très tranquille et privilégié. Même si aujourd'hui, ajoutent les profs, la tâche est rendue un peu plus ardue, avec des lycéens parfois moins concentrés. 
 

Les élèves sont très demandeurs, très actifs, mais ils éprouvent davantage de difficultés à se concentrer et à se poser. 


Un lycée, cependant ce ne sont pas que des cours. Après avoir quitté l'estrade ou le tableau, tous à un moment ou à un autre, de la journée, vont passer par la fameuse salle des profs. Pause-café, échange et discussion, de travail ou non. Plaisanteries et détente. Des enseignants, qui dans leur majorité apprécient aussi la convivialité de l'établissement, au sein d'une petite équipe. 

"Être en forme tous les jours de 8h à 17h30"


Malgré un environnement de travail agréable et une durée très conséquente de vacances, pour remplir à bien leur mission, ces profs reconnaissent aussi, qu'ils auront dû parfois, mener le programme au pas de charge, pour arriver au bout, et puis corriger des tas de copies le soir et le week-end... Ce qui pourra les amener à doubler très largement, en travail à la maison, leur vingtaine d'heures de cours hebdomadaires. Et puis confient-ils aussi, quand on est face à une classe, il faut être en forme tous les jours, de 8 h à 17 h 30. "On fait un peu du théâtre, or on n'est pas toujours à notre meilleur, alors on est déçu, parce qu'on n'a pas fait passer les choses comme on aurait aimé"

Heureusement complètent-ils que "lorsqu'on sent que les élèves ont compris, pour nous c'est une immense satisfaction, comme le jour des résultats du bac, et qu'ils viennent nous remercier, parfois"... Les grandes joies et les petites frustrations d'une profession...

Cours de maths en terminale ST2S / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Cours de maths en terminale ST2S / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

 

La vie au lycée Kerraoul : du côté du tableau
Un reportage au lycée Kerraoul de Paimpol (22) de Krystel Veillard, Philippe Queyroux, Dominique Dallemagne, Pierre-Yves Cheval et Jean Le Quiniou Interviews : Laurent Girard, professeur de Biochimie - François Lecoq, professeur d'Histoire - Edith Le Gruiec, professeur de Sciences et techniques médico-sociales – Archives : Film : "Michèle" réalisé par Pierre Le Bourbouac'h (1967)

 

La vie scolaire : des petits ennuis du quotidien aux problèmes existentiels


Le bureau de la vie scolaire, c'est un carrefour dans un établissement. Quasiment tout le monde, jeunes comme adultes, a quelque chose à y faire dans la journée. C'est le bureau des absences et des retards, mais aussi de l'accompagnement et du suivi des élèves. Qu'il s'agisse de verglas, de neige, entraînant des problèmes de transport, des pannes de réveil, malaises, petites flemmes, les assistants d'éducation enregistrent tout. Les petits ennuis du quotidien, ou ceux plus importants. "On est petit peu le bureau des pleurs", rappelle ainsi une assistante d'éducation. 

"Une bombe sur le bureau"


"J'adore ce métier, confie Lucie Fégard, CPE (conseillère principale d'éducation) à Kerraoul, car on ne sait jamais de quoi la journée sera faite. Les tâches du quotidien peuvent être bousculées à tout moment par une urgence, un élève, qui lâche une véritable bombe sur votre bureau." Et à ce moment-là, il faut se rendre "disponible tout de suite, être réactif, et les aider du mieux qu'on peut. Comprendre la situation, l'analyser et faire appel aux professionnels compétents". ​Dans ces cas-là, on découvre alors "des vies qu'on ne soupçonnait pas, chez ces jeunes, qui en apparence au lycée, allaient très bien, et qui soudain nous racontent des choses dures et difficiles à vivre".

 jeunes dans les couloirs entre deux cours / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
jeunes dans les couloirs entre deux cours / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

Une cellule de veille hebdomadaire


Des lycéens en conflit avec leur famille, orphelins, balotés de familles en foyers d'accueil, d'autres, déchirés entre des parents divorcés, ou des jeunes filles hospitalisées pour anorexie... problèmes familiaux, sociaux, scolaires ou médicaux, chaque semaine, conseillers principaux d'éducation, infirmière, assistante sociale, proviseur font le point sur les situations parfois compliquées des élèves, qui a Kerraoul sont à 80% des filles. "dans un lycée comme le nôtre, on est confronté à pas mal de souffrance des élèves.  Le lycée est assez féminisé, c'est vrai avec des jeunes filles, qui manifestent leur détresse par des crises. des crises visibles comme de la spasmophilie ou autre. Mais derrière, c'est souvent une détresse sociale ou familiale qui s'exprime, qui nécessite donc une prise en charge particulière", explique Guy Bossard, le proviseur. "Les situations que nous avons au lycée nécessitent une écoute, une empathie forte... mais toujours en restant dans le cadre du règlement intérieur". L'important pour l'équipe étant de ne pas rompre le lien avec ces adolescentes en détresse et leur permettre de poursuivre malgré tout leur scolarité.


La vie scolaire au lycée
Un reportage au lycée Kerraoul de Paimpol (22) de Krystel Veillard, Philippe Queyroux, Dominique Dallemagne, Pierre-Yves Cheval et Jean Le Quiniou Interviews : Marie Kerbaul, assistante d'éducation - Guy Bossard, proviseur au Lycée kerraoul de Paimpol - Lucie Fégard, CPE Conseillère principale d'éducation au lycée Kerraoul – Archives : Le lycée agricole de Coëtlogon à Rennes en 1965 et Le lycée technique Kerichen à Brest en 1966

 

L'activité en cuisine : le chef, Stéphane Le Goff / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
L'activité en cuisine : le chef, Stéphane Le Goff / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

 

La journée des agents du lycée


Un lycée, ce sont des élèves, des profs naturellement, mais ce sont aussi tous ceux qu'on ne voit pas. Les "invisibles", agents d'entretien, de maintenance, d'accueil, les agents chargés de la restauration. Ceux qui œuvrent en coulisses et sans qui rien ne tournerait vraiment rond ! Pour certains d'entre eux, la journée commence à 6 h du matin...

À cette heure-là, une nuit noire enveloppe le lycée, encore endormi. La lumière, pourtant, s'est déjà allumée dans les cuisines, en même temps que la radio. Les chansons vont s'enchaîner toute la matinée. Un petit café vite avalé, l'activité commence. Les cuisiniers sortent les 200 kilos de patates nécessaires ce midi-là... Sans jamais oublier, qu'ils travaillent pour faire plaisir aux élèves, qui viendront se mettre à table dans quelques heures. 


Maintenance et nettoyage


Dans les sous-sols, Bruno a lui entamé, comme chaque matin, sa tournée. Il vérifie que tout fonctionne normalement et en particulier les trois chaufferies de l'établissement. Il faut dire qu'en hiver, la bonne marche des chaudières, n'a rien d'anodin et contribue au bien-être général. Du côté des salles de classe, Sylviane, debout depuis 4 h 30 s'affaire... sol, chaises, tables, ordinateurs, son balai et son chiffon ne laissent rien au hasard, depuis maintenant 31 ans. Ensuite elle passera au ménage des dortoirs. Puis donnera un coup de main en cuisine pour la plonge. Elles sont sept quotidiennement, à éliminer la saleté de la veille, pour faire repartir le lycée sous un jour nouveau.

D'ailleurs, vers 7 h 30 les premiers internes, descendus des chambres, font leur apparition, pour prendre leur petit-déjeuner. Kerraoul s'éveille petit à petit. L'horloge marque 8 h et le restaurant scolaire s'anime, autour de thé, café, tartines, avec juste à côté la pause des agents. Ensuite il ne faudra pas traîner pour confectionner les 550 à 600 repas quotidiens, avec les entrées, les plats, les desserts.

Le repas doit être un moment d'échange, de détente, pour oublier les soucis (le chef)


La mission du chef, Stéphane Le Goff : donner aux jeunes l'envie de goûter, de se faire plaisir. Son souci est de leur faire consommer toujours plus de légumes, d'ailleurs depuis quatre ans, à Kerraoul, on en prépare entre 30 à 40% de plus qu'auparavant. Développer la préparation de légumes, de produits frais, locaux et adopter la juste cuisson, pour conserver au maximum les saveurs et la qualité des produits, c'est son credo... Tout cela en restant dans les 1500 € de budget pour chaque repas, soit 2,20 à 2,40 € le plateau... Une gageure, à renouveler tous les jours.


La journée des agents au lycée
un reportage au lycée Kerraoul de Paimpol (22) de Krystel Veillard, Philippe Queyroux, Dominique Dallemagne, Pierre-Yves Cheval et Jean Le Quiniou Interviews : Bruno Le Pourveer, agent de maintenance - Sylviane Genty, agent d'entretien - Joseph Garin, encadrement des agents - Véronique Paris, lingère - Stéphane Le Goff, chef cuisinier – Titouan, 16 ans, stagiaire, en CAP au lycée hôtelier de Dinard - Laurent Bernard, cuisinier