Plérin : face au coronavirus, un dispositif permet la désinfection des caddies dans un supermarché

Un nouvel outil est mis en place dans un supermarché de Plérin et pour la première fois en France, pour lutter contre la propagation du coronavirus. L'UV safety box, une borne permet la désinfection de son caddie. 

Les clients de ce supermarché à Plérin peuvent faire désinfecteur leur chariot grâce aux ultra-violets
Les clients de ce supermarché à Plérin peuvent faire désinfecteur leur chariot grâce aux ultra-violets © A. Janssens - France Télévisions
Un nouveau dispositif, gratuit et en libre service se trouve désormais à disposition, au sein d'une grande surface à Plérin, une première en France.

Récupérer un chariot sécurisé

15 secondes de passage dans une sorte de cabine permet de désinfecter son chariot, avant d'aller faire ses courses. Trois bornes sont installées, à chacune des entrées. "C'est un plus pour rassurer, pas un argument commercial, parce que nous sommes un magasin d'une certaine taille. C'est du pérenne pour notre clientèle. Cela vient en complément des gestes barrières", explique le directeur Nicolas Chaussée. Chaque machine coûte 10 000 euros.

"Si ça peut permettre d'éviter que le virus se propage, c'est une bonne chose", note une cliente. 
 


"Cela protège les salariés et les clients. Il y a aussi une réduction de l'empreinte écologique puisque ça évite à l'enseigne d'acheter du papier, de l'eau, des produits désinfectants. La machine consomme peu d'énergie" explique Elodie Bannier-Mouate, l'attachée de presse de UV diffusion. 

L'aéroport de Bruxelles, ainsi qu'un autre supermarché de Rennes envisagent de s'équiper. 

Les ultra-violets sont déjà utilisés dans le secteur médical. Dans l'Hérault, une entreprise s'est lancée dans la création d'un scanner qui utiliserait leur propriété. Leur appareil serait destiné aux services de soins et de secours, Ehpad et sociétés de nettoyage qui doivent systématiquement tout désinfecter. Du côté des particuliers, la vigilance doit être de mise notamment sur des produits UV vendus en ligne.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société innovation économie